ZOOM diamanti-fiorentina-e1420824758637

Publié le 01 06 2015 | par Quentin Müller

Le vagabond Diamanti

La dread’ sale, la barbe mal rasée, le tatouage luisant, Alessandro Diamanti signait son retour sur la botte italienne, presque une année après son départ en Chine. Tel un rasta à la fin de son pèlerinage weed en Jamaïque, l’ancien international italien retrouvait la Serie A. La Viola, adepte de caresseurs de gonfles, a tenté le pari. Car à 31 piges, le diamant natif de Prato a bien le pied gauche affuté, mais toujours l’esprit vagabond. Retour sur le destin d’un homme original.

 

Le 27 novembre 2012, en marge d’un match contre l’AS Roma, la salle de conférence de presse de Bologne tombe des nues. Interrogé sur la longévité de Francesco Totti, Alessandro Diamanti balance : « Pour moi il n’est pas un symbole, même si Totti est un grand champion. En gagnant 10 millions par saison c’est facile [de rester dans la même équipe]. S’il était bénévole, alors oui ce serait effectivement une icône. » La punchline assassine s’apparente à la tentative désespérée d’un archer face à un tank. La réplique est rude et complètement inconsciente quand on sait combien le capitaine de la Louve est respecté derrière les Alpes. Mais le milieu tatoué n’en a cure. Plusieurs fois, dans les médias italiens, il a dit haire le milieu et être capable du jour au lendemain de s’en éloigner au bras de son épouse Taïwanaise. Interdit de moto, il a révélé que ce jour là, il traverserait la route 66 sur une grosse moto à franges.

 

Les tatouages d'Alessandro

Les tatouages d’Alessandro

Tatouages et sorties nocturnes

Ouais, Diamanti est un drôle de bonhomme. Un italien à des années lumières de la dolce vita transalpine, des barbes rasées de près, des cheveux coupés au millimètre. Non, Alessandro est tatoué de la tête au pied et arbore des coupes et teintures inédites. Au Corriere della Sera, il avouera d’ailleurs : « Je me suis toujours coupé les cheveux de devant seul. Y’a que l’arrière de la tête que je laisse à ma femme, parce que je ne peux pas voir. » Hérita Illunga a joué à ses côtés de 2009 à 2010 à West Ham et se souvient d’un  » look en dehors des terrains très osé. » « C’était clairement tendancieux, coloré et même avant-gardiste parce que perso, ses fringues, j’avais jamais vu ça ». En 2008, il épouse la délicieuse taïwanaise, Silvia Chiayi Hsieh, présentatrice télé pour MTV Italia. Le couple fait la une de quelques magazines people italiens. Derrière les Alpes, on a bon goût de comparer les deux tourtereaux à la paire John Lennon-Yoko Ono. A l’occasion de leur union, il se tatouera un « smiley MSN » sur son mollet gauche pour remercier sa belle de lui avoir « remis peut-être, la tête sur les épaules. » Car avant 2008, Alino est homme de la nuit. Un type qu’on croise un peu partout dans les coins branchés de la botte italienne. Mais le diamant de Prato refuse de considérer ses sorties nocturnes comme un frein à sa carrière : « Vu comment je me donne toute la semaine et le week-end en match, foutez moi la paix avec ma vie nocturne « , lâchera t-il à la l’Eco di Bergamo.

 

« Alessandro, c’est un artiste »

L’année qui suit son mariage, il signe à West Ham et décide de se laisser pousser les cheveux et d’en faire des dreadlocks. Sa période post-mariage coïncide alors avec un net regain de niveau. Les Hammers sont au porte de la Championship, mais qu’importe. A Londres, on est très intrigué par ce frêle italien d’un mètre quatre vingt bien tassé dont le caractère trempé rappelle un certain… Paolo Di Canio. Le 20 décembre 2009, sous un froid de canard et sous les yeux attendris de Katy Perry, Alessandro Diamanti ouvre la marque contre Chelsea devant une foule déchainée. A ce moment là, son club ne compte que 14 points et sort d’une série de trois défaites d’affilée contre des adversaires directs au maintien. West Ham arrache le nul grâce à l’abnégation de son nouveau leader. Diamanti se met alors définitivement Upton Park dans la poche.

En cours de saison, l’intéressé revient aux fondamentaux et décide de se séparer de ses churros. Le mythe prend fin. Dans une interview accordée au Dailymail, il s’explique : « Les fans venaient me féliciter pour mon abnégation et beaucoup en profitaient pour me demander ce que j’avais fait à mes cheveux. Alors je vais vous le dire, je trouvais ça plus facile de les avoir comme ça après la douche. J’ai remarqué que les joueurs anglais n’utilisaient pas de sèche-cheveux. Comme j’étais le seul à en utiliser, tous mes coéquipiers se moquaient de moi. J’ai donc tout rasé. » Son changement de look ira de paire avec la fin de son cycle londonien. Alino clôt sa saison à 8 buts dont 7 en championnat et termine deuxième jambon de l’année derrière l’intouchable Scott Parker. Ilunga se rappelle de « quelqu’un de très joyeux, blagueur, chambreur. »  » Même si je n’ai jamais fait la fête avec lui, on savait tous que c’était quelqu’un qui aimait la vie nocturne. » Sur les rectangles verts, même singularité.  » Il grattait toujours quelques mètres et faisait tout pour en faire le moins possible lors des exercices physiques. Mais on pouvait pas lui en vouloir parce qu’il faisait le pitre avec le sourire. Alessandro, c’est un artiste. Tu peux pas demander à un artiste d’être sérieux tout le temps et de travailler tout le temps. » Si l’Italien lésine sur la partie physique, l’amateur de coups francs improbables et de courbes extraordinaires, fait du rabe sur les séances de frappes. « Il adorait frapper dans toutes les positions possibles et imaginables », ajoute l’ancien latéral international congolais.

 

Euro 2012 et Chine en famille.

Après un Mondial 2010 désastreux, le nouveau sélectionneur, Cesare Prandelli, fait comprendre qu’il privilégiera pour la suite les joueurs de Serie A. « Je savais qu’en Italie, on me suivait, mais je savais aussi que je ne serai jamais convoqué en équipe nationale parce qu’ils considèrent la Premier League comme un championnat d’ivrognes. Alors j’ai fait un effort pour revenir en équipe nationale en retournant en Italie, à Brescia », avouera t-il au Corriere della Sera. Dans l’optique de jouer l’Euro 2012 et de faire partie du renouveau de la Squadra Azzura, le natif de Prato prend donc la douloureuse décision de quitter la Premier League pour le promu Brescia. L’une « des plus grandes erreurs «  de sa vie. Hérita Ilunga n’a pas oublié : « Son dernier match, on mange ensemble, il joue titulaire, puis le match qui suit, tout le monde s’assoit à table. Manquait qu’Alessandro. Il avait disparu. On l’a plus jamais revu. » Mais l’ancien international Congolais ne lui en veut pas :  » Il aimait l’Angleterre, malgré son anglais catastrophique. J’ai été content d’apprendre que ça lui a permis de devenir international. » Après une saison brillante avec Brescia, il signe à Bologne malgré l’intérêt du Milan AC. Aux côtés des Acquafresca, Kone, Di Vaio, Gastón Ramírez et Gilardino, Alino s’éclate et claque quelques beaux coups francs dont un superbe contre l’Udinese.

 

Ses bonnes prestations lui offrent l’opportunité d’accrocher une place en sélection pour l’Euro 2012. En quart de finale, comme un symbole, il sera le dernier italien à crucifier Joe Hart lors de la séance des tirs au but.

 

Au début de l’année 2014, il prend la décision de quitter le haut niveau et son pays natal pour la Chine. Le Guangzhou Evergrande de Marcello Lippi veut se trouver un successeur à son meneur, Dario Conca, de retour au Brésil. Mais l’aventure de Diamanti n’est pas le fruit d’un pur fantasme « Aliniesque ». Le garçon veut en réalité faire plaisir à sa femme et à sa belle-famille taiwanaise issue de l’immigration Tchang Kaï-chek, mais encore très attachée à son pays d’origine.  » Son père est dans la police là-bas. Donc si je fais le malin, il me remettra à ma place », plaisantait t-il dans les colonnes du Corriere della Sera avant son départ pour Canton. Le temps d’une saison, il plantera quelques free kick et finira champion de Chine aux côtés de Gilardino et Fabio Cannavaro et de Marcelo Lippi. Mais sa pige exotique ne durera quelques mois.  » Ca a été une expérience incroyable. J’ai passé une année fantastique là-bas. C’est un pays très différent, avec une culture éloignée de la notre mais j’ai vraiment aimé mon passage là-bas « , raconte t-il le jour de son arrivée, au micro du site officiel de la Viola. Son pays natal lui manque et sous les conseils de Gilardino, Alino choisit la Fiorentina. Club qu’il avait côtoyé furtivement lors d’un prêt en 2002.  » Il m’a touché deux mots sur le club bien sur. Mais Florence est proche de chez moi donc je connaissais déjà pas mal de choses sur le club. «  De là à refuser une proposition de la Juve, il n’y avait qu’Alessandro pour préférer la Fio.

 

Quentin Müller

Tags: , , , ,


A propos de l'auteur


Rédacteur en chef d'Onlyfootball.fr. Numéro 8 bourrin, amateur de belles sacoches et accessoirement de petites brunettes bretonnes aux yeux marrons.



Back to Top ↑
  • WHISKY PARTY


  • TORTILLA : ICI, C’EST LA LIGA

  • ONLYFOOTBALL SUR FACEBOOK !

  • Résultats match en direct Ligue 1 fournis par footendirect.com

  • ONLYFOOTBALL SUR TWITTER !


  • BIER BUT AND ROCK N ROLL

  • LA VIDEO DU MOMENT

  • ONLY PUB

  • ONLY CLASSEMENT

    Calendrier foot offert par footendirect.com