ZOOM Benoit-Cheyrou-620

Publié le 02 02 2015 | par Mathias Mondo

0

From L1 to MLS: Cheyrou à Toronto

Ils sont en pleine force de l’âge, jouent tous en Europe, mais ont fait le choix de traverser l’Atlantique pour vivre une expérience unique sur un nouveau continent et dans une ligue en plein développement. Entre découverte émerveillée du pays de l’Oncle Sam et respect de la culture locale, les voilà dépaysés sur et hors du terrain. L’occasion de se plonger dans les premiers instants de leur rêve américain canadien. 

 

Benoît Cheyrou: From Marseille to Toronto

Toronto_FC_Logo.svgNé en banlieue parisienne, Benoît Cheyrou a effectué sa formation à Lille pendant que son aîné, Bruno commençait à faire parler de lui en équipe première. Ce n’est qu’après le départ du grand frère vers Liverpool que Ben s’impose réellement au LOSC en devenant une pièce maîtresse de l’entrejeu nordiste. A l’époque pensionnaire de Ligue 1, l’AJ Auxerre de Guy Roux suit de près les performances du jeune relayeur et le fait venir dans l’Yonne en 2004. Toujours plus décisif, Cheyrou franchit alors un cap et devient une valeur sûre de la Ligue 1 au point d’attirer l’attention d’un OM en manque d’inspiration. Pour 5 millions, Marseille fait signer ce gendre idéal dont le biceps semble taillé pour un futur brassard. Dans la cité phocéenne, l’arrivée d’Eric Gerets ne sera pas seulement un tournant pour le méconnu Valbuena. Aux côtés de Lorik Cana, Benoît s’éclate à couper les lignes pour servir Nasri dans les pieds ou lancer les fusées Cissé et Niang. Il récupère, fluidifie le jeu et balance quelques frappes dans le fonds des filets adverses quand le besoin se fait sentir. Sous le charme, Gerets et des milliers de supporters le veulent en équipe de France dès la saison suivante. Cheyrou est alors au sommet de son art, et ce pour quelques saisons. L’arrivée de Deschamps ne fait qu’accentuer sa maîtrise sur le jeu marseillais, le boss du milieu c’est lui. Un peu long à la détente, Ray Domenech finit par le convoquer chez les Bleus en 2010 sans toutefois lui offrir la moindre minute, un regret. La suite de l’aventure olympienne sera plus terne avec un lent déclin et un rôle amoindri au sein de l’effectif. L’épilogue n’en sera que plus frustrant pour les amoureux de l’OM champion de France puisqu’elle se terminera aux prud’hommes suite à une mise à l’écart après l’arrivée de Bielsa. Libre de tout contrat, Cheyrou le flegmatique ne se précipite pas, il réfléchit. On l’annonce au Standard puis à Lorient mais lui privilégie le challenge. A 33 ans, il débarque au Toronto FC, club de MLS ultra-ambitieux qui ne manquera pas de compter sur l’expérience et le talent de son rookie frenchie. Le club canadien a d’ailleurs précisé: on prononce “Buhn-wah Shey-rou”. Welcome to MLS Ben!

toronto cheyrou

Guide de survie en milieu o’style

Ton nouveau spot: Non, Toronto n’est pas la capitale du Canada mais à l’instar de New York, c’est the place to be. Avec 49% de résidents nés hors Canada, on peut dire que c’est une ville pour le moins cosmopolite. Régulièrement citée comme l’une des meilleures villes en terme de qualité de vie, elle abrite cependant quelques bons gros tarés comme… son ancien maire fumeur de crack.

 

Le taulier de ton équipe: Il débarque en même temps que toi, il est tout petit mais il sera le deuxième joueur le mieux payé de la ligue derrière Kaka. Du haut de son mètre 64, Sebastian Giovinco devrait casser un paquet de reins cette saison et semble avoir une place assurée au All Star game s’il n’oublie pas de planter quelques buts. Au milieu, tu seras associé à Michael Bradley, costaud aussi.

 

L’icône sportive locale: Aujourd’hui réconcilié avec le public du Air Canada Center, Vince Carter a longtemps été conspué par le public torontois (oui oui) qui ne lui a jamais pardonné son départ des Raptors pour le sinistre New Jersey. Deuxième meilleure marqueur de l’histoire de l’équipe, ce Floridien d’origine a été la toute première star de la franchise canadienne grâce à ses dunks surpuissants voire légèrement humiliants.

Celui avec lequel tu parleras du bled: S’il est international polonais, il ne faut pas se fier à sa simple nationalité sportive car Damien Perquis est un escroc au point de nous faire croire qu’il a une double vie de gardien de but à Caen. Après n’avoir connu que la East Side française pas vraiment sexy, il est parti se mettre bien à Séville et souhaite poursuivre sa carrière avec un challenge un peu excitant. Ouais ouais comme toi.

« Sa vision et sa capacité à distribuer le jeu sont deux qualités qui ont fait de lui un joueur à succès tout au long de sa carrière à l’échelle nationale et européenne. » Tim Bezbatchenko, Manager Général du Toronto FC.

 

La série que tu materas: Attention niveau série TV, la ville de Toronto a produit des trucs plutôt déprimants. Tu auras le choix entre Les Enquêtes de Murdoch et Degrassi. A Toronto il n’y a donc p de juste milieu. Courage!

 

Les lieux que tu visiteras: Du haut de ses 553 mètres, la CN Tower est l’emblème de la ville. Dans le resto situé à 350 mètres d’altitude, tu pourras faire l’intello devant Perquis en lui précisant qu’il s’agit de la deuxième plus haute structure autoportante du monde.

 

Le gros match que tu disputeras: On le sait tous, un Canadien c’est hyper sympa, c’est juste un Belge qui parle anglais mais ça peut avoir des ennemis. Celui du Toronto FC se nomme l’Impact Montréal, club de la ville du Roi Heenok.

 

L’objectif que tu poursuivras: Depuis l’an dernier Toronto semble vouloir créer une hype et en finir avec son image de loser. Après une première tentative qui s’est soldée par un échec avec Defoe et Julio Cesar. Avec Giovinco, Altidore, Bradley, De Rosario, Perquis et toi le TFC dispose d’une armada qui voudra figurer parmi les prétendants au titre. Au boulot Big Ben!

 

M.M.

Crédit photo: http://www.torontofc.ca

Tags: , , , , , , ,


A propos de l'auteur


Rédacteur pour Onlyfootball.fr, Why always me?



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑
  • WHISKY PARTY


  • TORTILLA : ICI, C’EST LA LIGA

  • ONLYFOOTBALL SUR FACEBOOK !

  • Résultats match en direct Ligue 1 fournis par footendirect.com

  • ONLYFOOTBALL SUR TWITTER !


  • BIER BUT AND ROCK N ROLL

  • LA VIDEO DU MOMENT

  • ONLY PUB

  • ONLY CLASSEMENT

    Calendrier foot offert par footendirect.com