ZOOM kevin-de-bruyne-in-chelsea-2013-hd-resolution-wallpaper-kevin-de-bruyne-belgium-hd-wallpaper-2014---nation-of-football

Publié le 09 11 2014 | par Antoine Baly

Kevin de Bruyne, diable rou(ge)

International belge, passé par Chelsea, aujourd’hui à Wolfsburg, avec qui il a mis un pétard contre Lille en Europa League début octobre. Voilà à peu près ce que tout fan de foot qui se respecte connaît quand on évoque Kevin de Bruyne, virevoltant meneur de jeu aux faux airs du prince Harry. Mais qui est vraiment le jeune flamand ? Portrait.

 

Genk, peu de temps avant le mondial brésilien. Kevin rend visite à la famille Molisse, sa « 2ème maman » et son « 2ème papa », qui l’ont hébergé pendant qu’il faisait ses gammes avec les équipes jeunes du Racing. Il n’est pas venu les mains vides : dans sa besace, le maillot des diables, floqué du numéro 7. Son numéro 7. Mais ce n’est pas pour leur offrir. Non. C’est pour qu’ils le signent. Ce maillot, c’est celui avec lequel il débutera le mondial face à l’Algérie. Classe. Et modeste.

 

 

Ces deux adjectifs conjugués au talent et à la qualité technique du meneur de jeu belge en disent long sur l’homme. Un des symboles de la jeunesse dorée du football belge, celle des Hazard, Lukaku, Witsel, Origi, Courtois, Nainggolan ou encore Januzaj, celle la même qui a fait réapparaître la Belgique aux avants postes du football mondial (5ème au classement FIFA), celle qui arrive à unir son peuple dans un pays où règne la division.

Natif de Tronchiennes, village au nord ouest du (plat) pays, De Bruyne effectue ses premiers pas sous le maillot de La Gantoise avant de rejoindre le RC Genk en 2005. Il intègre l’effectif pro en 2008, plante 15 buts en 100 matchs, remporte 2 titres (Championnat et Supercoupe en 2011) puis s’envole pour Chelsea (dont il est la propriété depuis Janvier 2012). A peine le temps de prendre ses marques à Londres, le voilà prêté au Werder Brême pour une saison (2012-2013) sans option d’achat. Là, il découvre la Bundesliga, et ne met pas longtemps à s’acclimater : 10 buts et 9 passes en 34 matches, le joueur adopte donc la coutume locale de nos voisins allemands en devenant un « artilleur ». L’Europe du football découvre alors ce gamin de 21 ans, rapide, dribbleur, bons des 2 pieds, aussi à l’aise sur le terrain que dans une cour d’école, tentant des gestes techniques en tout genre, balançant des centres dévastateurs et frappant de n’importe où.

 

KDB1

C’est moi ou c’est pas moi ?

 

 

 Et oui, De Bruyne est un génie.. Le joueur dont rêve tous les entraîneurs finalement. Marc Wilmots, sélectionneur des diables rouge, le décrit ainsi : « au centre, à droite… Kevin De Bruyne peut jouer partout. C’est un joueur avec beaucoup de discipline. Il peut donner la dernière passe et accélérer le jeu ».International depuis ses 19 ans, le rouquin en est à 28 sélections et 7 pions et sort d’une coupe du monde plus qu’accomplie, avec 4 matches joués et 1 but en 8ème face aux States de Howard permettant à son équipe d’atteindre les quarts, où le futur finaliste Argentin aura raison des diables.

 

KDB2

Tiens, salut Kurzawa !

 

 

De retour à Chelsea à l’entame de la saison 2013-2014 mais vite relegué sur le banc par le Special One qui lui fait la moue, préférant aligner les néo-blues Schürrle et Willian, tout juste arrivé au club, KDB a des envies d’ailleurs alors que se profile à l’horizon la coupe du monde. Et c’est bien évidemment vers la Bundesliga, championnat qui l’a révelé, qu’il s’envole à nouveau. Contre 21,5 millions d’€, il débarque à Wolfsburg – une aubaine pour ce fan de bagnoles. Pas le plus grand club certes, mais avec une place de titulaire (indéboulonnable le De Bruyne, il n’a pas manqué une seule minute de jeu depuis le début de la saison !) et l’occasion d’apprendre, lui qui « n’est encore à (son) meilleur niveau ». Des lacunes, le gamin en a encore, notamment dans les duels et dans le jeu aérien, mais il a ce truc qui fait oublier tout ça : il court, tout le temps, partout. Il distribue, fait des ravages, alimente sans cesse ses attaquants (Bendtner et Perisic en championnat, Origi et Lukaku en sélection) et tout ça en toute discrétion, sans faire parler de lui. Ce côté modeste et généreux, on le retrouve aussi en dehors du terrain. En effet, Kevin est ambassadeur des Special Olympics Européens, compétition qui rassemble des athlètes atteints de déficience mentale.

 

Bref, à 23 ans, KDB a déjà une carrière bien entamée. Au vu de ses performances, gageons que dans un avenir proche c’est du jeu d’un grand club européen qu’il sera le dépositaire. En attendant, il s’éclate en Basse Saxe et fait vrombir le Volkswagen Stadium.

« Monsieur De Bruyne ». Stromae ne s‘était pas trompé.

 

KDB3

2 rouges chez les blues

 

 

Crédits photos : sports.fr ; bleacherreport.com ; dailymail.co.uk ; bundesliga.com

Tags: , , , , , , , ,


A propos de l'auteur





Back to Top ↑
  • WHISKY PARTY


  • TORTILLA : ICI, C’EST LA LIGA

  • ONLYFOOTBALL SUR FACEBOOK !

  • Résultats match en direct Ligue 1 fournis par footendirect.com

  • ONLYFOOTBALL SUR TWITTER !


  • BIER BUT AND ROCK N ROLL

  • LA VIDEO DU MOMENT

  • ONLY PUB

  • ONLY CLASSEMENT

    Calendrier foot offert par footendirect.com