ZOOM sochaux

Publié le 27 08 2014 | par Quentin Müller

Sochaux, Peugeot, dodo

Marc Gentil, homme dans la force de l’âge de ses 35 ans est victime de la mondialisation. Menacé d’être licencié de l’usine Peugeot où il bosse depuis ses premiers flirts, le type doit également composer avec un moral au plus bas. En cause, Sochaux, son club de cœur, vient de descendre après 14 ans de bons et loyaux services en L1. Là encore la mondialisation n’y est pas étrangère. Récit d’un double perdant.

 

6h30 du mat’, nous avons rendez-vous devant l’une des nombreuses usines qui cernent le stade sochalien. Certaines fument déjà depuis quelques heures. « Avant c’était du 24h/24, la belle époque. T’avais de belles Peugeot neuves qui sortaient tous les jours. Maintenant la boîte a décidé de supprimer l’équipe de nuit, car apparemment on en vend moins », soupire Marc, gobelet de café à la main. Pour ce fils d’ouvrier, la France a changé, à l’image de la L1 qu’il assure connaître comme sa poche pour l’avoir pratiqué des années entières aux côtés de son club fétiche. Voiture achetée et respectée-produit français oblige-la Peugeot ne fait aujourd’hui plus rêver personne. Karl Lagerfeld, avait d’ailleurs pointé, non sans avoir une cuillère en or enfoncée dans l’arrière train, ce manque d’esthétisme et de luxe dans la production automobile française. Même chose pour Sochaux aujourd’hui. Au temps des PSG en mode QSI et Monaco façon mafia Russe, les petits clubs du terroir n’ont plus vraiment leur mot à dire. Pire, selon lui, la Ligue souhaiterait les voir descendre aux échelons inférieurs. « Ici on n’a ni le soleil, ni les palmiers, ni le pétrole, ni l’économie. On a bien que nos Peugeot et nos usines, mais ça, aujourd’hui ça n’intéresse plus personne », crache t-il entre deux taffes de clopes.

 

« Nous c’est pas Drogba qui est revenu nous porter secours l’année dernière, c’est Pierre Alain Frau. »

 

Ligue 2 et chibre

Dur donc dans ces conditions pour Sochaux de trouver d’hypothétiques investisseurs étrangers ou d’obtenir de bons coups sur les mercatos. « Tu vois tous les joueurs qu’on a chez, dans la majorité des cas ce sont des gars de chez nous ou des joueurs qui n’ont pas beaucoup d’offres. » Quand on lui annonce que le Havre vient de se faire racheter par un investisseur Kazakh, Marc, les yeux écarquillés, manque de faire tomber sa cigarette. « Bah si t’as un Ouzbek’ ou je sais pas trop quoi qui veut venir remplacer Plessis, moi je veux bien. » Affilié au groupe ultra le plus connu du coin, les Joys, cet ouvrier de l’usine Peugeot a presque toujours connu Sochaux en L1. Son dernier souvenir de Sochaux en L2, remonte à son « premier rapport sexuel. » Soit à « un truc qui date » sourit-il jaunement. « Moi et mes gars on connaît aucun club en L2. Parfois on prend la carte et on regarde où se trouvent les villes. » Nous sommes coupés dans notre conversation par quelques types en doudounes grossières venus serrer la main à notre star. Ici tout le monde connaît Marc Gentil pour ses exploits dans les tribunes. « Quelles conneries il doit bien vous déblatérer celui-là ? Ne faites jamais confiance à un gars qui sort son chibre en plein match sous -5Cº degré », rigole gras Claude, un autre ultra des Joys. Après l’accolade collective, Marc s’en regrille une et reprend : « Tu vois on va devoir jouer des équipes comme le GFC Ajaccio, Créteil. Cimer quoi. Nous avant c’était le PSG, Monaco, Lyon, le quatre étoiles. Bon je dois aller bosser, on se retrouve après. »

sochaux- supporters

… en Ligue 2

 

Marine Le Pen et les meufs de Châteauroux

13h00, le soleil a timidement repris ses droits d’une fin de mois d’aout. Les baraques à frites attendent les ouvriers de l’usine, affamés par la répétition de leurs gestes. Marc s’en prend une barquette avec un hot dog sauce maillot/ketchup-un classique-« Les kebabs, je laisse ça aux turcs. » La main d’œuvres est métissée : « Ici c’est comme au club. T’as de l’arabe, du noir et du blanc et on s’entend très bien. Les trucs de Marine c’est des conneries », clame t-il en suçant ses doigts maculés de mayo. Marc, comme beaucoup d’ouvriers de l’usine ont cru que Sochaux resterait en Ligue 1. Lens, en proie à des problèmes budgétaires (il manquait 10 M pour accéder à la L1 ndlr), laissa jusqu’à fin juillet, la possibilité aux lionceaux d’être repêchés. « Moi quand j’ai vu Châteauroux sauvé, je me suis dit pourquoi pas nous. Car tu parles de Sochaux, mais à Châteauroux c’est pire. Ils ont même pas de belles nanas là-bas il paraît. » Finalement, en l’espace de quelques semaines, Sochaux subira deux relégations. Un « double assassinat » pour Marc qui a du se relever de cette épreuve en plus d’avoir échappé de peu au licenciement.

« Le CNOSF, la FFF et la direction Peugeot c’est à foutre dans le même sac. Tous des connards, et nous on est cocus. »

Près de 850 postes d’intérimaires ont sauté mi-juillet. Si la direction assure que tous seront redéployés dans les équipes de jour, Marc n’est pas dupe. « C’est cette mondialisation qui nous fout la pression. Apparemment on vend moins sur le marché mondial de bagnoles. C’est comme à Sochaux, avec l’arrivée du PSG et de Monaco qui n’achètent pas nos petits jeunes, bah t’as des équipes comme Lyon, Lille ou Marseille qui n’ont plus de thune pour acheter chez nous », croit savoir le père de famille de 35 balais.

 

 Abou Diaby sochalien et moustache

Rétrogradé en L2, Sochaux va devoir serrer la ceinture et composer avec les difficultés économiques que rencontre Peugeot. « J’ose même pas imaginer si jamais Peugeot venait à se barrer. Notre écusson serait à refaire puis on aurait plus la visite annuelle des joueurs. D’ailleurs cette année j’ai fait une petite prière pour que notre nouveau capitaine, Butin, ne se reblesse pas. » Garçon du cru, formé à Sochaux, l’attaquant de 26 printemps n’a joué que 18 bouts de match depuis mars 2012. « C’est notre Abou Diaby local. Il est super talentueux mais y’a toujours un truc qui craque en fin de compte. » Promu capitaine après les multiples départs, le garçon s’est reblessé à l’occasion du premier match de L2 de la saison. Résultat, une grosse entorse de la cheville et 15 jours d’indisponibilité. « En plus de ça on a perdu contre Orléans, le promu… » Avec deux défaites et seulement une victoire, Sochaux galère déjà en L2. « Heureusement qu’on a Echouafni. Lui c’est un mec qui a des couilles et qui va nous faire remonter », positive t-il. Si quelques recrues se font encore attendre, Marc pense que Sochaux aurait pu avoir plus de moyens si il avait géré lui-même le mercato. « Moi j’aurais vendu des gars comme Boudebouz pour 20 millions d’euros. Au lieu de ça on les a pas assez couvés. Ils ont joué trop vite, trop tôt et se sont cramés. » Marc, comme beaucoup de supporters Sochaliens ont l’impression que la Ligue, qui souhaite changer de dimension, sous la pression de QSI et des russes, veut se débarrasser de « sa vieille France. » « Mais faut pas qu’ils oublient une chose, sans nous Thiriez fera un championnat à deux équipes et devra se torcher avec sa moustache. »

 

Marc regarde sa montre, il est l’heure pour lui de reprendre. « T’inquiètes pas pour nous gars, tu verras comment va tourner le safari en L2 », cligne t-il de l’œil avant de disparaître dans la foule d’ouvriers et la fumée des baraques à frites.

 

Q.M.

(Tous les propos recueillis sont ceux d’un supporter Sochalien fictif, basé cependant sur des ressentis et des infos réelles.)


Tags: , , , , , , , ,


A propos de l'auteur


Rédacteur en chef d'Onlyfootball.fr. Numéro 8 bourrin, amateur de belles sacoches et accessoirement de petites brunettes bretonnes aux yeux marrons.



Back to Top ↑
  • FILE L'INFO

  • WHISKY PARTY


  • TORTILLA : ICI, C’EST LA LIGA

  • ONLYFOOTBALL SUR FACEBOOK !

  • Résultats match en direct Ligue 1 fournis par footendirect.com

  • ONLYFOOTBALL SUR TWITTER !


  • BIER BUT AND ROCK N ROLL

  • LA VIDEO DU MOMENT

  • ONLY PUB

  • ONLY CLASSEMENT

    Calendrier foot offert par footendirect.com