ZOOM cacau-9397160089

Publié le 13 08 2014 | par Quentin Müller

La cerise et le Cacau

Le grand cerisier d’Osaka perd chaque jour un peu plus de ses feuilles à mesure que son équipe, le Cerezo Osaka, coule en J-League. Promises aux premières places, voire à un 5e titre de champion, les cerises d’Osaka jouent après 19 journées leur noyau, apeurées par le bec du Yatagarasu, le fameux corbeau japonais à trois pattes. Une relégation serait synonyme d’échec pour Forlan et sa bande. Alors pour remédier aux maux de son club, le friqué président Masao Okano a décidé de se payer l’ancien international Allemand Cacau (23 caps-6 buts). Coup de com’ ou réel plus ?

 

Armé en début de saison pour le titre avec son hypothétique meilleure paire d’attaquant du pays (Forlan-Kakitani), le Cerezo Osaka a pris encore une fois tout le monde à contre-pied. Comme souvent, le premier club d’Osaka déçoit. A l’image de son buteur et espoir maison Yoichiro Kakitani, incapable de marquer plus de deux buts en une quinzaine de matchs et sur la lancée d’un Mondial raté à tous les niveaux. Alors quand le FC Bâle est venu cet été toquer à la porte, le Cerezo n’a pas dit non. C’est ainsi que, Forlan, plus gros salaire de l’histoire de la J-League avec 600 000 000 yens par an (soit 4.250 M d’euros par an) se retrouva seul au front de l’attaque, un peu comme une cerise sur le gâteau. Et ce, dans une position de quasi relégable car le Cerezo, 15e, n’est qu’à égalité de points avec le Nagoya Grampus, premier relégable. Alors histoire de rebooster la hype du club d’Osaka, qui avait lancé en tout début de saison une immense campagne de publicité autour de sa nouvelle star Uruguayenne, Okano n’a pas souhaité recruter local mais une nouvelles fois dans le clinquant. 

 

Cacau_2011_VfB_Stuttgart

Chaud Cacau

 

 

Un énième brésilien en J-League

Légende du VfB Stuttgart où l’attaquant allemand d’origine brésilienne a planté pas moins de 100 caramels en presque 310 matchs, le natif de Santo André devrait vraisemblablement vivre sa dernière aventure. A 33 piges, Cacau n’avance plus aussi vite et son goût, autre fois amer, a laissé place à une douceur docile. La saison dernière, Jeronimo n’avait inscrit qu’un petit but en 21 bouts de matchs. Peu convaincant. Mais voilà, les cannes du gars sont aujourd’hui bien trop lourdes pour le rythme Bundesligien et la J-League semble arriver à point nommé. Champion d’Allemagne en 2007 avec Stuttgart, Cacau s’en va, le temps certainement d’une ou deux saisons, mijoter dans un autre bol. La ligue Japonaise, un poil fougueuse est habituée à voir débarquer des natifs Brésiliens (Zico, Valdo, Hulk, Simplicio), devrait davantage lui convenir. Pas de quoi pourtant exciter la curiosité d’Eric Guillerme, expatrié Français au Japon qui suit de près la J-League et le Cerezo : « Il n’est pas très bon depuis 2 ans mais c’est le niveau Bundesliga et quand je vois des étrangers de plus de 35 ans faire de belles performances en J-League et avec moins de talent que lui je me dis qu’il peut encore faire de bonnes choses. » 

 

 

 

Pas là pour le marketing

Au contraire de Forlan et ses innombrables ventes de maillots, Cacau, peu ou pas connu au Japon, devrait lui ne pas rapporter grand chose au club d’Okano. La logique ne serait donc que sportive… : « Je suis assez dubitatif sur l’aspect économique en fait. Il est surtout connu en Allemagne mais en dehors c’est presque un inconnu, il n’aura pas le même impact marketing que Forlan. J’espère pour le Cerezo qu’il va être une réussite sportive car niveau salaire je pense qu’il va avoir un certain coût. » Au Japon, il est aujourd’hui difficile de recruter des pépites locales, toutes souvent attirées par la Bundesliga ou l’Eredivisie. Les meilleurs clubs formateurs de J-League ne manquent en effet pas de prétendants car l’Europe du football a désormais un oeil au pays du soleil levant. Alors pour de l’efficacité sur du court terme, le Cerezo a pris le risque d’investir sur Cacau : « Après avec la perte de Kakitani ils devaient recruter quelqu’un selon moi puisqu’au niveau comptable ni Sugimoto, ni Minamino n’arrivent à porter vraiment l’équipe. » Ce dernier y retrouvera Marco Pezzaiuoli, l’ancien coach allemand d’Hoffenheim. Il aura la tache de raviver la 14e attaque de J-League et de réveiller son futur compagnon de route, Diego Forlan, bloqué à 6 unités en… 19 journées après avoir pourtant réalisé un départ canon.

 

Q.Müller.

Tags: , , , , , ,


A propos de l'auteur


Rédacteur en chef d'Onlyfootball.fr. Numéro 8 bourrin, amateur de belles sacoches et accessoirement de petites brunettes bretonnes aux yeux marrons.



Back to Top ↑
  • WHISKY PARTY


  • TORTILLA : ICI, C’EST LA LIGA

  • ONLYFOOTBALL SUR FACEBOOK !

  • Résultats match en direct Ligue 1 fournis par footendirect.com

  • ONLYFOOTBALL SUR TWITTER !


  • BIER BUT AND ROCK N ROLL

  • LA VIDEO DU MOMENT

  • ONLY PUB

  • ONLY CLASSEMENT

    Calendrier foot offert par footendirect.com