REPORT Bayern_Meister_2013

Publié le 27 03 2014 | par Camille Franciosi

Bundesliga: J27

Un « Super Bayern, super Bayern, hey, hey » déjà champion le 25 mars, le Ruhrderby qui accouche d’une souris, la probable fin du rêve européen pour les petits d’Augsburg, ou le VfB Stuttgart champion en 2007, qui est aux portes de la relégation, tout comme le Dino HSV, c’est la semaine anglaise de la Buli, Teil eins.

 

Borussia Dortmund – Schalke 04

 

Ce nouveau Derby de la Ruhr fût marqué par le nombre de blessés ou suspendus des deux côtés: Sokratis, Durm ou Kehl, pour Subotic, Schmelzer et Bender ou Gündogan côté Schwarzgelb, Hoogland, Ayhan, Goretzka pour Höwedes, Papadopoulos, et Farfan chez les Knappen. Autrement, ce match aurait pu, aurait peut être du être gagné par les joueurs de Jürgen Klopp, ayant eu beaucoup plus d’occasions que leurs rivaux (18 frappes à 8 pour le BVB) mais ils ont été beaucoup trop imprécis ( 6 frappes cadrées jaunes contre 4 tentatives bleues, soit seulement 1 frappe cadrée sur 3). Le S04 peut également remercier son ultime rempart Ralf Fährmann impérial dans ses cages lors de ce 144e match entre frères ennemis, présent de la 4e minute, où il est plus prompt que Grosskreutz pour se saisir d’une passe de Kehl, à la 89e, où il se saisit d’un bon centre signé Aubameyang, en passant par un coup franc de Sahin, une parade face à Reus , ou deux autres face à Lewandowski.

 

Werder Bremen – VfL Wolfsburg

 

Les Loups sortent de nouveau les crocs! Le VfL est de nouveau momentanément européen, après un succès qui leur permet de se placer en 5e position, soit qualifié direct pour l’Europa Ligue. Le club sponsorisé par Volkswagen n’a d’ailleurs pas attendu longtemps pour prendre les devants. Corner déjà au bout de 90 secondes, Rodriguez et son pied gauche pour le frapper, Malanda esseulé au point de pénalty peut reprendre de la tête sans être inquiété. La balle est détournée par Prödl, qui empêche Wolf de détourner le cuir. Eins-Null au bout de deux minutes de jeu, puis Zwei-Null au bout de onze minutes seulement. Träsch sur le flanc droit adresse un superbe centre pour Arnold, qui dévie pour Perisic. Le Croate dans les six mètres ne laisse aucune chance à Wolf et double la mise. Mais le Werder n’a pas dit son dernier mot. L’orgueil piqué à vif, les Werderaner se révoltent, et à la 17e minute, sur un coup franc d’Obraniak venu de la droite, Prödl s’impose dans les airs face à un Benaglio manquant de fermeté et de précision dans sa sortie. L’Autrichien claque un coup de boule finissant dans la lucarne droite, et permet aux siens de revenir dans la partie. Benaglio se blessera d’ailleurs à la main sur cette action, et cédera à la mi-temps sa place à Max Grün. A l’heure de jeu, à la 63e minute pour être précis, le Werder obtient un corner, frappé par Junuzovic du coin droit. Petersen se joue du marquage de Luiz Gustavo et place un coup de casque qui s’écrase sur l’équerre d’un Grün archi-battu. A la 80e minute, Wolfsburg finit le boulot. Sur un ballon perdu par Petersen, Arnold mène le contre sur l’aile droite avant de trouver Olic au centre. L’ex-bavarois frappe, Wolf repousse, mais la balle revient sur Arnold qui avait suivi le mouvement, et aux vingt mètres enroule sa frappe du gauche. la messe est dite, Wolfsburg retouche l’Europe, le Werder est 13e.

 

Eintracht Braunschweig- Mainz 05

 

Une équipe qui se bat pour sa survie contre un effectif voulant jouer l’Europe l’an prochain, voici comment on pouvait présenter ces deux formations avant ce match. Cependant, ce ne fut pas la même chose, une fois sur le terrain. A la 18e minute, ce sont les locaux qui ouvrent le score. Vrancic balance dans la boite, c’est mal dégagé par par la défense de Mainz. Bolland remet de la tête dans la surface, le marquage de Bell sur Kumbela est trop laxiste, et ce dernier en profite pour scorer de la tête devant un Karius trop court. L’avantage sera cependant de courte durée, puisque deux minutes plus tard, les O5er égalisent. Sur une accélération de Choupo-Moting plein axe, il décale sur Pospech sur sa droite. Le Tchèque centre pour Nikolaï Müller qui place la balle sur la gauche de Davari, et égalise pour Mainz. Alors qu’on se dirige vers un match nul à la pause, Braunschweig ne l’entend pas de cette oreille et reprend les devants, sur un but signé Nielsen. Les locaux se montrent plus entreprenants en seconde période, avec des occasions signées Nielsen ou Elabdellaoui, mais c’est le héros local, Domi Kumbela qui donnera un avantage décisif aux siens à treize minutes du terme du match. Sur un centre d’Elabdellaoui, le Congolais se jette et marque d’un superbe retourné

 

FC Nüremberg – VfB Stuttgart

 

Un match à six points, comme beaucoup ces derniers temps, entre Stuttgart 24 points contre Nüremberg 23 points. Le Club affiche sa plus mauvaise saison avec 11 points en 13 matches seulement. Ce match s’est joué autour de la mi-temps, la où les locaux ont senti la colère, puis le soutien de leurs supporters souffler probablement dans leur dos. L’acte un se déroule à la 43e minute. Le buteur suisse d’origine croate Josip Drmic reçoit la balle de Kiyotake depuis la gauche, se décale dur la droite avant de croiser sa frappe et de tromper Ulreich petit filet opposé. Puis à la 54e minute, les joueurs de Gertjan Verbeek enfoncent le clou. Markus feulner est en bonne position au centre à 25 mètres des cages d’Ulreich, et il envoie devinez qui dans la profondeur? De nouveau ce diable de Drmic, qui n’a aucun souci à tromper le goal souabe une deuxième  fois et s’offrir son neuvième but depuis le début des matches retours. Avec ces trois points, Nüremberg s’offre un léger bol d’air en sortant de la zone rouge. Par contre, la crise continue à Stuttgart.

 

Hoffenheim-Hannover 96

 

Avec un Firmino ayant prolongé jusqu’en 2017 et disputant son 100e match de Bundesliga, Hoffenheim devait laisser son statut d’équipe la plus brutale de Bundesliga avec 504 fautes. Et ils l’ont plutôt bien fait les joueurs d’Hoffe. Mais ce sont les 96er qui se permettent l’outrecuidance d’ouvrir le score à la 10e. Sur une diagonale de Huszti, Rudnevs manque son contrôle, ce qui l’oblige à de décaler sur la droite. Il remet dans l’axe à Stindl, qui décale Andreasen sur sa gauche. Le Danois frappe entre les jambes d’un Grahl impuissant. Mais vu que c’est un match pour les artistes, c’est Polanski qui va se mettre en évidence. Non pas le « Pianiste » Polanski, mais Eugen, international polonais, qui de vingt-trois mètres reprend un mauvais dégagement de Sakai. On en restera là pour la première période. Il ne faudra pas attendre longtemps pour vibrer à nouveau après la pause. SIx minutes suffiront à l’ex-Bordelais Anthony Modeste pour remettre Hoffe devant. Numéro de Roberto « Cedinho » Firminho côté gauche, qui décale plein centre et permet au Français de planter son 11e but. A la 76e minute, on verra un très sale geste signé Manuel Schmiedebach, qui tacle Modeste sans le ballon, et au niveau des protège tibias. Mr Sippel n’a d’autre choix que de dégainer le rouge direct. En fin de match, Rudy aggravera même la marque. Zieler manque sa relance et balance direct sur Elyounoussi. Celui-ci remet plein centre sur Rudy qui lobe de presque 40 mètres un Zieler qui n’a pas eu le temps de revenir dans son but.

 

FC Augsburg- Bayer Leverkusen

 

Augsburg et Leverkusen, c’est un peu la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf. Avec un André Hahn en chef de file qui a fait ses grands débuts lors de dernier rassemblement de la Nationalmannschaft, l’équipe jouant normalement le maintien s’invente des rêves internationaux. Mais le Bayer qui vient de sortir de son rêve continental suite aux confrontations avec le PSG veut lui y retourner. Et c’est ce le Toptorjäger du Bayer qui ouvre le score dès la 10e. Son mène un contre côté droit. Le Coréen veut centrer pour Castro mais c’est contré. La balle arrive à Kiessling qui se permet d’inscrire son 13e pion de la saison. Plus rien de bien important se passera jusqu’à la pause si ce n’est qu’un carton jaune pour Can suite à une faute sue Hahn empêchant le néo-international de partir au but. Les locaux reveinnent avec d’autres ambitions, et sont récompensés à la 59e minute. Une-deux entre Baier et Philp, qui centre pour Werner, qui coupe la trajectoire du ballon de la tête, et permet au FCA d’égaliser. Septième but pour Werner depuis les vacances de Noël. Les Augsburger semblent tenir face au 4e du championnat, mais en trois minutes, le Werkself va atomiser la défense augsbourgeoise. A la 80e minute, un une-deux entre Son et Brandt permet au premier de frapper. Hitz se troue et ça permet de mener. Trois minutes plus tard, Can se saisit du cuir au milieu de terrain, s’offre un solo avant  de frapper aux trente mètres et de s’offrir son deuxième but de la saison.

 

Hamburg SV – SC Freiburg

 

Le SEUL club à ne jamais être descendu en deuxième division depuis la création de la Bundesliga est toujours en position de relégable après ce résultat qui n’arrange ni Hamburg ni Freiburg. Et il faut dire que ce n’est pas avec ce que l’on a vu en première période que ces équipes vont se sauver, c’est à dire rien, malgré les efforts d’un Lasogga qui essaye de porter les siens de par son activité devant. La seconde période va voir les visiteurs ouvrir le score. A la 51e minute, suite à une longue touche dans le camp des Rothosen, Klaus met Adler à contribution, ou plus précisément, ses montants. Darida saisit la balle au bond, et de douze mètres, inscrit le 1-0 pour les Breisgauer. Mais quatre minutes plus tard, le HSV prouve qu’il ne veut pas mourir. Et c’est l’homme providentiel cette saison, Lasogga qui remet les pendules à l’heure, suite à une frappe de Van Der Vaart contré par Schuster.

 

Eintracht Frankfurt- Borussia Mönchengladbach

 

Le match le plus pauvre de cette journée, avec un Eintracht qui a mal supporté le fait d’être européen cette saison, et des Gladbacher qui ne supportent justement, de ne pas voyager hors du pays de Goethe. Au quart d’heure de jeu, les Aigles récupèrent la balle au milieu de terrain. Sur un ballon aérien, Lanig prolonge de la tête pour Aigner, qui sert Joselu en pointe. L’Espagnol évite le tacle de Stranzl, avant de tromper ter Stegen.

 

Hertha Berlin- Bayern München

 

Le Rekordmeister n’avait besoin que de faire match nul pour décrocher son 24e titre de champion. Et les Munichois ont plus que rempli leur mission. Les Bavarois dominent totalement le début de rencontre avec 85% de possession de balle. Et au bout de six minutes, la messe était déjà dite, contrairement aux dernières rencontres du Bayern. Müller est lancé par Schweinsteiger dans le côté droit. L’homme sans muscles élimine Van den Bergh d’une talonnade, avant de centrer. C’est contré par Janker, mais Kroos peut transformer l’essai. Et au bout de 14 minutes, le Meisterschale est complètement munichois, avec une action collective de toute beauté. Kroos sert Rafinha sur le flanc avec une diagonale de 40 mètres. Le Brésilien renverse pour Schweinsteiger, qui remet pour Götze qui plante de la tête malgré son gabarit plutôt de poche. A l’heure de jeu, les Munichois laissent quand les Berlinois participer à la fête. Rafinha bouscule Ramos sur la droite de la surface dans un contact aérien, et l’arbitre siffle pénalty. Le colombien se charge lui même de se faire justice en frappant plein centre à mi-hauteur. Il inscrit par la même occasion son 16e but cette saison. Mais pour que la fête soit complète, il fallait un cocorico. A la 79e minute, Götze se joue de trois Berlinois avant de servir son coéquipier, j’ai nommé KAI-SER FRAAAAAANCK RI-BE-RYYYY!!! La nuit a dû être longue, à Berlin tout comme aux abords de la Säbener Strasse de Bavière pour les supporters du Super Bayern…

 

Camille Franciosi

 

Crédit photo: Stern.de


Tags: , , , , ,


A propos de l'auteur





Back to Top ↑
  • FILE L'INFO

  • WHISKY PARTY


  • TORTILLA : ICI, C’EST LA LIGA

  • ONLYFOOTBALL SUR FACEBOOK !

  • Résultats match en direct Ligue 1 fournis par footendirect.com

  • ONLYFOOTBALL SUR TWITTER !


  • BIER BUT AND ROCK N ROLL

  • LA VIDEO DU MOMENT

  • ONLY PUB

  • ONLY CLASSEMENT

    Calendrier foot offert par footendirect.com