CULTURE FOOT Ferguson Benitez

Publié le 05 03 2014 | par Kevin Blondin

Sir Alex n’est plus là, Liverpool peut y croire ! [Episode 1]

Imaginez un peu le symbole. Imaginez qu’au soir du 11 mai prochain, le Liverpool Football Club s’adjuge son 19ème titre de champion du Royaume. Imaginez le pauvre Alex Ferguson, mâchant son chewing-gum au fond de son rocking chair, devoir se coltiner, en plus de voir son United finir à une place indigne, le douloureux spectacle du Captain Gerrard soulevant le trophée de Premier League. Le vieil écossais prendrait un sacré coup derrière les oreilles. Retour sur la rivalité entre deux clubs, et sur la place de Sir Alex dans cette affaire.

 

 

Reds et Red Devils, la haine pour seul rapport

C’est l’histoire d’une rivalité sans âge. Et probablement sans fin. Les Reds du Liverpool FC face aux Red Devils de Manchester United. Ces deux là se vouent une haine sans nom depuis des décennies. En effet, ne vous y trompez pas, LE grand rival du LFC n’est pas Everton, mais bel et bien United. De même, pour les coéquipiers de l’éternel Ryan Giggs, l’équipe à battre est Liverpool, pas les nouveaux riches de City. Pour prouver que cette rivalité est au dessus des autres, un nom fut donné aux rencontres entre Scousers et Mancuniens : Derby of England ! Rien que ça.

Cette rivalité est au départ géographique. Les deux villes ne sont en effet distantes que d’une cinquantaine de kilomètres. Mais cela suffit à marquer une frontière bien nette entre les deux villes dont les cultures, l’histoire mais aussi l’accent sont foncièrement différents. L’amour de la musique pop (The Beatles vs Oasis et Joy Division) et du football sont bien les deux seuls points communs de ces villes ouvrières du Nord de l’Angleterre.

La rivalité est ensuite sportive, cela étant notamment dû au fait que ces deux teams là sont les plus titrées de l’île : 20 titres de champion pour MUFC et 18 pour Liverpool.

 

manchester-liverpool

Ando et Gerrard se disent des mots d’amour

La véritable haine naît dans les sixties. Les deux squads sont alors à égalité au nombre de titres de champions. Liverpool en a remporté cinq (1901, 1906, 1922, 1923, 1947), autant que Manchester United (1908, 1911, 1952, 1956, 1957). Mais à la suite de son championnat remporté en 1964 (Manchester United finissant deuxième), Liverpool va s’auto-attribuer le titre de meilleure équipe britannique (à une époque ou pourtant Sunderland, Everton ou Arsenal comptent respectivement six, six et sept titres). Cet affront va avoir pour effet d’attiser la haine du voisin mancunien qui ne l’entend pas de cette oreille.

 

 

 

 

 

 

 Liverpool mène la danse après 68

Le cœur des années 60 va alors être le théâtre d’un mano à mano entre les deux géants ! Au titre des Reds de 1964, Manchester répond par un succès en 1965. Mais Liverpool reprend son bien l’année suivante, avant de voir United « égaliser » à sept titres partout dans la foulée en 1967. La rivalité est née, la haine exacerbée. Il est à noter, que l’année suivante, en 1968, Manchester United va remporter son premier succès en Coupe des Clubs Champions en battant le Benfica en finale (avec des buts des légendaires Bobby Charlton et George Best). Désormais, la rivalité des deux clubs va s’étendre à l’Europe…
Malheureusement pour le Red Devils, ces derniers n’inscriront plus le nom de leur club au Palmarès national avant de longues années. Vingt-six exactement. Une éternité. Mais ça, ils ne le savent pas encore…

Après quelques années de moins bien au tournant des années 1960/70, Liverpool va au contraire revenir rapidement sur le devant de la scène anglaise avec un titre en 1973, le huitième pour le club de la Mersey. Puis les Reds, désormais entraîné par le légendaire Bob Paisley qui a pris la succession du non-moins fameux Bill Shankly, vont enchaîner une période de domination sans faille sur le football britannique et européen.
En l’espace de quinze saisons, de 1976 à 1990, les Reds s’adjugent dix titres et finissent quatre fois deuxièmes ! Sur la même période, les Diables Rouges n’en gagneront pas un seul. Ils terminent deux fois deuxièmes et trois fois troisièmes, et ce ne sont pas les quatre Cups remportées qui redonnent le sourire du côte d’Old Trafford.

La domination est clairement passée du côté de Liverpool qui, en 1990, compte désormais dix-huit titres de champions pendant que Manchester est resté bloqué à sept, le dernier datant de 1967.
Si, à la fin des années 1960, Manchester fut la première des deux équipes à soulever la C1, vingt ans plus tard, là aussi Liverpool est largement devant avec les titres remportés lors de leur folle domination (1977, 1978, 1981, 1984). Une domination que seule la tragédie du Heysel (1985) stoppera.

 

Soccer - Today League Division One - Wimbledon  v Manchester United

Ferguson récupère une faible équipe Mancunienne mais finit par faire descendre les Reds de leur fucking perchoir !

Ferguson, l’homme de la rébellion

Dix-huit championnats d’Angleterre contre sept, quatre Coupes des Clubs Champions à une, la pilule est dure à avaler du côté de United. Le salut de Manchester va alors venir d’un homme providentiel. Un écossais à l’accent fort et au caractère bien trempé qui ne supporte plus cet domination des Merseysiders sur le pays.
Cet homme c’est Alex – pas encore Sir – Ferguson. Après avoir fait ses gammes du côté d’Aberdeen, avec qui il remporte notamment trois championnats et quatre coupes d’Ecosse, mais aussi et surtout la Coupe des Coupes 1983, Ferguson prend les rennes de la sélection nationale de son pays. Pour une année seulement. L’homme est un besogneux du quotidien, pas un manager occasionnel de sélection. Il lui faut donc un club. Ce club, ce sera Manchester United. Un club qui va devenir son club et dont il va faire une véritable institution, jusqu’à le faire devenir le plus grand club de monde !

La haine entre Manchester United et Liverpool, c’est donc aussi, depuis la fin des années 1980, celle d’un homme face à un club, ayant dominé son pays et l’Europe de manière trop écrasante à son goût. Ne déclara-t-il pas, en 2002, au Guardian : « Mon plus grand défi est derrière moi, mon plus grand défi c’est d’avoir fait tomber Liverpool de son putain de piédestal. Et vous pouvez l’écrire. »

 

 

« No more beer, no more fish & chip ! » Signé Sir Alex dès son arrivée à Man. United

 

 

Car oui, en un quart de siècle, Ferguson va, à lui tout seul ou presque, bouleverser la hiérarchie établie et installer son équipe sur le toit du Royaume.
Il devra cependant attendre huit saisons avant le connaître la joie du champion. Arrivé en Novembre 1986 au club, il ne sera couronné champion que pour la première fois en 1993. Ce titre, sera la premier d’une longue série, et les longues années à manger du pain noir pour les supporters des Red Devils auront valu la peine. United va en effet remporter sept titres lors les dix saisons suivantes (1994, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003). Au cœur de ces années fastes, une victoire en Ligue des Champions en 1999 avec un triplé historique (C1, Premier League, Cup) à la clé.
A l’émergence du nouveau riche Chelsea au milieu des années 2000, Sir Alex va répondre par trois nouveaux titres (2007, 2008, 2009). Le dernier d’entre eux ayant une saveur toute particulière. Cette année là, le dauphin n’est autre que Liverpool qui réalise une de ses plus belles saisons depuis des lustres. Mais échoue. Et ça, à Manchester, on adore. Ce titre est de surcroît le dix-huitième du club ! Un club désormais référence absolue des années 1990/2000 et qui revient à la hauteur de son rival honni par la même occasion. Dix-huit partout.
Pour Sir Alex le triomphe sera total deux ans plus tard, en 2011, lorsqu’il accroche un nouveau titre à son palmarès carnivore. La douleur du championnat perdu à l’ultime seconde de la 38ème journée face à City en 2012 est finalement vite digérée. En mai 2013, Ferguson écrit une dernière fois son nom au palmarès de la Premier League.
Avec vingt titres, il peut partir serein en laissant son MUFC tout en haut. Devant la légendaire équipe du Liverpool. C’est dire. Vingt titres à dix-huit et surtout treize à trois depuis qu’il a pris les commandes de United. Awesome.

 

« Ne prononcez jamais ce nom devant moi ! » Signé le manager écossais syndiqué et de gauche après qu’un journaliste ait eu le malheur de le comparer à la Dame de fer. 

 

 

… [Retrouvez l'épisode 2 lundi prochain]

Q.M.

 

Crédit Photo : Zimbio.com

Ferguson

Tags: , , , , , , ,


A propos de l'auteur





Back to Top ↑
  • WHISKY PARTY


  • TORTILLA : ICI, C’EST LA LIGA

  • ONLYFOOTBALL SUR FACEBOOK !

  • Résultats match en direct Ligue 1 fournis par footendirect.com

  • ONLYFOOTBALL SUR TWITTER !


  • BIER BUT AND ROCK N ROLL

  • LA VIDEO DU MOMENT

  • ONLY PUB

  • ONLY CLASSEMENT

    Calendrier foot offert par footendirect.com