ZOOM eto-o-bientot-de-retour-en-europe_111952

Publié le 26 02 2014 | par Thomas Cazeaux

Retour sur le fail Makhachkala [Episode 1]

Michael Carroll est anglais. Michael Carroll était éboueur. Michael est l’heureux destinataire d’une cagnotte, estampillée Loto millésime 2002. Michael est alors crédité d’une bonne dizaine de millions. Aujourd’hui, Michael a dilapidé l’entièreté ou presque de son pécule. S’il a fait des investissements durables? Vraisemblablement non ! À quelques détails près, ce schéma épico-dramatique est applicable au club russe de Makhachkala. L’Anzhi Makhachkala est le club majeur, de la République du Daguestan. L’Anzhi, à peine vingt berges au compteur, végète alors dans le ventre-mou de première division russe, s’autorisant à l’occasion un saut en division inférieure. Seulement, le 18 janvier 2011, le richissime homme d’affaire originaire du coin, Suleyman Kerimov, décide de renflouer les caisses du club.

 

+ Le Daguestan en chiffre
République de la Fédération de Russie.

Président 

Magomedsalam Magomedov

 

Superficie

50 300 km2

2,9 millions d’habitants

 

 

Ethnologie

90 % de musulmans

12 ethnies

30 dialectes

 

Etude de la population 

50 % de la population âgée de moins de 30 ans

40 % de chômage

 

 

Violences

59 tués dans des attentats depuis 2014

 

Ce-dernier vient alors titiller les sommets d’un championnat, lui aussi en voie de reconnaissance. Mais pas seulement, il truste bien souvent les pages économiques de tout journal sportif. L’aventure est, coup sur coup, d’envergure, furieusement passionnelle, rocambolesque pour finir en fracas. Le mythe du coup de foudre peut-être, celle qui te quittera pour celui qu’elle aime. Quoi qu’il en soit, l’Anji est désormais, dernier de ce championnat, n’affichant pas la moindre victoire aux compteurs. Pis, il est également devancé par le Terek Grozny, de peu certes, mais par un club au projet cache-misère-coup de cœur sensiblement similaire. Cette fable souvent récitée, quelque peu touchante pour l’anonyme anglais, met en lumière la triste réalité du football, le sport-ROI comme ils disent, le sport-spectacle par excellence. En effet, ce n’est un secret pour personne que les clubs s’apparentent à de puissants conglomérats, qu’ils sont de véritables receleurs de temps de cerveau disponible. Bizarrement, l’exemple Makhachkala caractérise toutes ces dérives modernes, bien que poussées à leur paroxysme. Donc oui, il y a matière à discuter. Quel fut le projet initial? Que résulte-il du subconscient de Kerimov, pris d’envie après un fâcheux accident sur les bords de la Méditerranée? Autopsie d’une tragédie annoncée.

 

lassana-diarra-demarre-sa-nouvelle-aventure-en-russie_91881

Un mac à 250 M d’euros. Trop gras pour Kemirov

Le Seigneur a dit : « Siège à ma droite, pour le meilleur »

Dans une petite ville côtière, Makhachkala, sur les bords de la mer Caspienne, l’anodin club de l’Anji voit, à l’aube de l’année 2011, un véritable miracle se produire. Fort d’une première année, plus ou moins aboutie (11ème place) en Premier League (russe) après sa remontée, la ville touche le gros lot. Le jackpot quoi, d’un jeu récemment entré en vigueur, qui consiste au rachat d’un club de foot par un oligarque proche du pouvoir. C’est donc Suleyman Kerimov, l’ancien ouvrier, qui s’y colle. Il faut préciser que, son ami de maire local, lui facilite la tache, ainsi le milliardaire acquiert assez aisément, l’intégralité des parts du club. Une fièvre acheteuse s’en suit : Roberto Carlos, Boussoufa, Tardelli, Jucilei, Dzsudzsák, Zhirkov, Eto’o, Akhmedov, Carcela, Denisov, L.Diarra, Samba, L.Traoré, Willian débarquent en l’espace de deux ans. Dantesque. En plus de cette coquette enveloppe, il est question de rénover les infrastructures, et de la genèse d’une nouvelle enceinte, pour les soirs de gala, capable d’accueillir 40 000 personnes. Aux normes UEFA qui plus est. Certainement dans l’optique de la réception de la Coupe du Monde 2018. Ajoutez celle-ci à l’organisation des Coupes du Monde féminine, moins de 17 et des Jeux Olympiques d’hiver. Vous obtenez une vaste opération de séduction (sécurité accrue comme toujours, coopération poussée avec l’Union Européenne, construction de lignes à haute vitesse, facilité de visa aux supporters etc…). Cette saison 2011-2012 de première division russe est particulière. Le passage à un calendrier à l’occidentale acté. Le championnat débutera donc à la suite de l’autre (mars 2011) et se terminera comme ses homologues européens (été 2012), soit 15 mois de compétition. L’Anji débute bien, renforcé à l’été par l’arrivée de Fils. Les bougres viennent même titiller le gratin moscovite devancé par la Venise du Nord. Cependant, le nouveau club riche n’accrochera malheureusement pas la Ligue des Champions. La faute à une formule un peu spéciale, qui veut que les playoffs soient le prolongement de la saison régulière. Les points sont additionnés. L’Anji avait réalisé cependant une belle remontée, deuxième en play-offs (à égalité avec le Spartak Moscou) derrière l’assommant Zénith. Résultat des courses : une cinquième place et un ticket pour l’Europa League. Une mise en route qui aurait réjoui bon nombre de présidents. Pour la vingt-et-unième édition du championnat russe, le club du Daguestant, extrêmement compétitif, va mêler un parcours à domicile presque parfait (10 victoires, 5 nuls, 1ère place) et une incapacité chronique à être régulier à l’extérieur (7 défaites sur 15 matchs) symbolisée par cette défense en papier crépon. Par ailleurs, l’équipe atteint la finale de la coupe nationale, comme en 2001 pour le même sort ! La mayonnaise semble prendre. En revanche, pour la fin du néo-patriotisme ambiant, la considération des peuples caucasiens, la mise en place de politiques sociales crédibles on repassera…

 

 

roberto-carlos-425985-jpg_283644

On se bourre à la vodka de luxe et on la gerbe dans le velours

…et pour le pire !

Des stratégies farfelues suivant le rachat d’un club, il en existe. Celle du président Kerimov semble, elle, vouloir revisiter le registre burlesque. 5 comme le nombre d’entraineurs en un peu plus de deux ans. Près de 250 millions d’euros dépensés en transferts. 20 comme le salaire de Samuel en millions et par annuité. 4 millions comme le coût de l’anniversaire de Roberto Carlos (Bugatti Veyron comprise). En effet, le bonhomme a les moyens de sa politique. Mais de quelle politique parle-t-on? Politique sportive et économique de l’Anji ou bien la politique personnelle de Kerimov ? Le succès est rapide, accrocher l’Europe dès la première saison sonne juste en soi, mais pas complet. La faute peut-être à une troisième place en ligue des Champions pas encore récupérée à la France. Cette coupe est bien l’obsession du président. Une vitrine qu’ont su exploiter parfaitement ses prédécesseurs. Dans ce sens, le rachat du club semble comparable à sa récente idée, à savoir la divulgation sur Facebook de possibles investisseurs au sein de l’entreprise Uralkali. Ingénu mais téléphoné. Seulement, l’année 2013 est terrible. Engagé pour un triplé historique, l’Anzhi loupe tout. Et malgré la prolongation de Guus Hiddink, quelque chose s’est cassé. Les résultats espérés ne sont pas venus. La participation à la Ligue des Champions, forte en diverses rétributions, aura manqué. Qu’on se le dise, les coups de foudre comme ceux-là accouchent souvent de la même fin. Un dénouement où les contraintes et le temps prennent le pas sur l’envie. C’est pourquoi, le 7 août 2013, la nouvelle tombe. Kerimov reste aux commandes du club (pour combien de temps encore?), mais refonde sa stratégie. Ainsi s’ouvre la grande braderie, forçant forcément une relecture des objectifs à court-terme. À l’aube de la saison 2013-2014, on est pourtant plus en train de contempler les ruines que de se réjouir de la tournure plus saine prise par le projet ANJI. Un Guus Hiddink désertant, un vestiaire en pleine déliquescence, un président flottant.

 

… [retrouvez la suite vendredi soir pour un bilan actuel de l'Anzhi Makhachkala a.k.a le futur fail footballistique de ce siècle]

 

Thomas Cazeaux.


Tags: , , , , , , , , , , , , , , ,


A propos de l'auteur





Back to Top ↑
  • FILE L'INFO

  • WHISKY PARTY


  • TORTILLA : ICI, C’EST LA LIGA

  • ONLYFOOTBALL SUR FACEBOOK !

  • Résultats match en direct Ligue 1 fournis par footendirect.com

  • ONLYFOOTBALL SUR TWITTER !


  • BIER BUT AND ROCK N ROLL

  • LA VIDEO DU MOMENT

  • ONLY PUB

  • ONLY CLASSEMENT

    Calendrier foot offert par footendirect.com