INTERVIEW a13ja

Publié le 24 12 2013 | par Quentin Müller

L’interview d’Alessandra Bianchi

Nous avions rendez-vous à Bastille où il était convenu d’y être à 14h00 pétante, une heure et demi avant avant le coup d’envoi du match de la Roma contre Catane. Alessandra est à l’heure, « toujours à l’heure » dit-elle. L’endroit de notre entretien est tout choisi. Elle commande un café « très serré » et nous rassure, quand elle devra filer pour voir la Roma jouer contre Catane, elle nous avertira un peu avant. Au fil de notre entretien, nous parlerons carrière féminine, foot Italien et bien sûr… AS Roma, son grand amour. Mais ce qu’elle a le plus défendu durant cette succinte interview, c’est bien l’Italie. Son pays natal, la terre de ses origines où elle nous confie pourtant que même s’il n’était pas impossible qu’elle y retourne travailler, ce serait difficile. « Machisme et trop de pression » obligent. 

 

Avant d’entamer notre discussion sur la Serie A, la Roma et la Squadra Azzurra, j’aimerais qu’on évoque votre carrière de femme au sein du journalisme sportif. Vous avez travaillé en Italie et en France dans un métier à la dominante masculine. Pouvez-vous nous raconter vos difficultés ?

Pour une femme, au début c’est toujours compliqué. Surtout dans le milieu du sport. Car une femme journaliste traite le plus souvent de la mode, du spectacle, du cinéma, mais pas vraiment du football.

Ce qui importe au départ, c’est ton physique. Soit tu fais la potiche et tu ne vas pas très loin, soit tu t’imposes.

Mais la donne a quand même changé. En Italie c’est bien pire. Alors tout le monde me dit « oui, mais chez vous y’a plein de femmes à la télé. » Je leur dis OK, il y a des femmes, mais pas des journalistes au sens propre. En fait, on a un regard différent sur toi. On regarde comment t’es habillée, comment tu es physiquement… etc. Mais une femme qui ne mise que là-dessus ne peut pas durer. La chose seule chose qui plaît au public, c’est qu’à la télé tu sois sincère avec ton personnage. Une femme, au même titre qu’un homme, ne doit pas jouer un rôle, elle doit être elle-même. Moi j’ai eu de la chance, quand j’ai quitté l’Italie, la France m’a donné directement ma chance*. Après évidemment, en Italie, il y a bien sûr des femmes qui exercent le métier de journaliste.

 
Quelle est, selon vous, la différence entre la presse sportive Italienne et Française ?

La vraie différence réside dans la passion du football. La France n’a pas une réelle passion pour le football comme l’Italie. Même si la victoire en 1998 de la France a quelque peu boosté l’amour du football, on voit bien qu’en Italie il y a trois quotidiens majeurs qui parlent de foot, contre un seul en France. Pareil, dans les journaux, en Italie on accorde trois-quatre pages pour les résultats de football, contre une ou deux dans les journaux Français type Le Monde, Libération ou Le Parisien… Je pense que ce n’est pas par rapport au football en lui-même mais cela a avoir à comment on le vit. Par exemple, en France, il y a une culture rugby. En Italie… beaucoup ne savent même pas qu’on a une équipe. Cela vient directement de la culture foot d’un pays.

 

On a aussi le sentiment que la presse sportive Française se penche trop sur les frasques et les sorties des joueurs que sur le football en général…

Oui mais l’histoire du bus de 2010, si ça s’était passé en Italie, ça aurait eu encore bien plus de conséquences… Non je ne crois pas. Après je suis d’accord avec vous, il y a des amalgames qu’on ne devrait faire mais là on rentre dans de la politique…

 

On va passer au championnat Italien (elle coupe)…

Vous allez me sortir qu’il est en crise blabla ?

 

Ah non pas du tout, je voulais en fait vous demander, si comme en Allemagne ou en Angleterre, le nombre de locaux diminuait.

Il faut savoir qu’en Italie, on achète souvent des noms étrangers pour faire plaisir aux supporters. Mais avec les problèmes économiques que connaissent certains clubs, on a davantage tendance à investir dans de la formation. Mais attention ! La crise, il n’y a pas que l’Italie qui la connaît. En Espagne et en Angleterre c’est aussi une catastrophe.

 

Du coup pour la Squadra c’est tout bon non ?

Prandelli a fait un excellent travail. Pour tout vous dire je suis confiante pour la Coupe du Monde. Je ne dis pas qu’on va la gagner hein… Car comme la France, en 2010, on a touché le fond dans soi-disant dans un groupe facile.

On était dans un entre-deux avec la vieille génération et la nouvelle. Mais cela, je crois qu’on peut le laisser maintenant derrière nous.

Il nous reste quand même Pirlo et Buffon. Pirlo ce sera certainement sa dernière et Buffon, je ne sais pas. Pour remplacer Pirlo, on va avoir Verratti, et pour Buffon, on a quand même (on coupe)…

 

Sirigu ?

Oui mais pas que. Il y a Morgan De Sanctis qui est très bon mais pas tout jeune, après on a d’autres jeunes gardiens de talent. Pour revenir à la crise, je crois qu’il faut nettement nuancer les choses. Notre dernière Ligue des Champions, ça va faire quatre ans qu’on en a plus gagné une. Ça va… Puis tout peut aller très vite. Dortmund est l’exemple par excellence. A crise, au bord de la faillite, des clubs que le Bayern l’ont aidé, puis le club s’est recentré vers une politique de jeunes joueurs. L’année dernière ils étaient au sommet de la Ligue des Champions en battant le Real Madrid.

 

Il y a eu récemment l’élimination de la Juve…

Oui. On a vu que même avec les arrivées de Tévez et de Llorente et une défense exceptionnelle, il manquait encore quelque chose à la Juve sur la scène Européenne.

 

Pourtant ils ont été à deux doigts de le faire en touchant les montants contre les Danois et en perdant sur un terrain inqualifiable en Turquie… 

 

Oui, mais un club comme la Juve a des responsabilités dans ce genre de rencontres. La Juve a montré les limites du foot Italien.

 

Comment vous expliquez, que mis à part au PSG, le joueur Italien s’exporte peu.

Avant, la Serie A était le berceau du football Européen. Tout le monde voulait y jouer. Il y avait l’argent, les stades, la passion et le niveau. Mais au fur et à mesure que les autres championnats se sont développés, quelques joueurs Italiens sont partis. Il eut quand même Zola, Cannavaro…

 

Cassano aussi ?

(Elle rigole)… Euh Cassano il est parti tout seul lui… Puis au Real on ne l’a pas trop vu. Il eut aussi, ce qui était nouveau pour nous, le départ à l’étranger des meilleurs coachs locaux comme Ancelotti, Spalletti, Trapattoni. Mais en général le joueur Italien préfère rester dans son pays même si nous sommes un peuple migrateur.

 

On va passer à une question qui risque de ne pas vous plaire (elle coupe)…

Vous savez, une interview trop gentille n’en est pas une bonne…

 

Pensez-vous que les affaires de corruptions et de paris truqués font maintenant partie du folklore de la Serie A ? Il y a récemment eu une perquisition chez Gattuso… 

Pour Gattuso, il faut faire attention. Pour l’instant il n’y a rien de concret pour lui. Ce n’est pas clair. Et d’ailleurs les magistrats se sont calmés à son sujet. Il y a bien eu une perquisition mais pas de garde à vue.

Pour l’affaire du calcioscommesse, il y a eu un réseau important qui était basé à Singapour et qui a été démantelé. L’affaire est donc mondiale, elle ne se limite pas à l’Italie.

On parle donc d’une affaire internationale et pas uniquement Italienne. Et, c’est comme partout. Je me rappelle qu’en Bundesliga, il y a avait eu une grosse affaire d’arbitres corrompus et personne n’en avait vraiment parlé… (Elle rapproche ses mains vers elle) Car tromper un supporter y’a rien de pire. Tu te rends compte, un joueur… Ton propre joueur, de ta propre équipe qui te fait ça… Qui achète le match… Je ne peux pas croire que ça fasse partie de nos gènes.

 

On va passer à quelque chose de plus gai, l’AS Roma. Avec la réussite de Rudi Garcia, on se dit que d’autres entraîneurs Français pourraient tenter leur chance à l’étranger.

C’est compliqué. Par exemple, avant l’arrivée de Rudi Garcia, nous on ne connaissait que Deschamps, car il a été joueur et entraîneur de la Juve, et Laurent Blanc parce que le président de l’Inter Milan, Moratti a toujours eu un petit faible pour lui. Mais le football Français est peu connu et les entraîneurs encore moins… En fait, comme partout je pense, la renommée internationale d’un entraîneur dépend de son passé de footballeur. En Italie, on ne connait que Platini et quelques uns des champions du monde 1998 qui formaient le noyau de la Juve. Puis je ne suis pas sûr qu’il y ait tant que ça d’opportunités pour les coachs Français.

 

Sinon comment se porte la formation de l’AS Roma ?

L’entraîneur des jeunes est le père de De Rossi. Il fait un excellent travail. C’est une tradition la formation chez nous. Si je me rappelle bien, en 1993 on avait même une équipe à 7-8 joueurs issus du centre. Aujourd’hui on a Florenzi qui est un très bon jeune qui sert à l’équipe A et à l’équipe nationale. Puis on a également formé Cerci.

 

Quelle a été votre équipe préférée ?

Evidemment celle du titre de 2001 avec Capello. Avec Cafu et Candela sur les côtés, Batistuta, Montella, Nakata et même Zebina. Mais en terme de beauté de jeu, je dirais celle de Spalletti [de 2005 à 2009 ndlr].

 

Au fait pourquoi être fan de l’AS Roma et pas de la Lazio ?

Je suis née à Rome, dans la tradition de l’AS Roma. Comment vous dites en Français ? (elle marmonne) Puir Juice… ? Oui, c’est ça, pur jus. La Roma est une évidence, tout comme supporter le nom de sa ville.

 

Que veut dire le mot Romanista employé par Rudi Garcia ?

Romanista ça veut dire : vivre une passion à fond et en faire sa marque personnelle. Etre aussi fier de son appartenance.

 

*Alessandra Bianchi travaille actuellement sur Diesefoot. Une application gratuite disponible sur smartphone et tablettes. Entre portraits, interviews et reportages inédits, Alessandra s’occupera des cas les plus prestigieux tous les samedi, à 17h00.

 

Q.M.

Tags: , , , ,


A propos de l'auteur


Rédacteur en chef d'Onlyfootball.fr. Numéro 8 bourrin, amateur de belles sacoches et accessoirement de petites brunettes bretonnes aux yeux marrons.



Back to Top ↑
  • WHISKY PARTY


  • TORTILLA : ICI, C’EST LA LIGA

  • ONLYFOOTBALL SUR FACEBOOK !

  • Résultats match en direct Ligue 1 fournis par footendirect.com

  • ONLYFOOTBALL SUR TWITTER !


  • BIER BUT AND ROCK N ROLL

  • LA VIDEO DU MOMENT

  • ONLY PUB

  • ONLY CLASSEMENT

    Calendrier foot offert par footendirect.com