INTERVIEW preseason_Luccin

Publié le 10 05 2013 | par Quentin Müller

L’interview de Peter Luccin

A l’heure où le PSG va être sacré champion de France, Onlyfootball et Peter Luccin ont décidé de prendre rencard. Grand professionnel, homme chaleureux, et joueur passionné, Pet’ guérit sa grave blessure au genou gauche contractée en mars dernier. L’ancien Parisien patientera donc avant de découvrir la MLS, championnat en nette progression. Le temps pour Luccin de découvrir la vie à Dallas. L’endroit où John F. Kennedy fut assassiné, musée local, petit tour en ville, le Français explore avant de rependre avec une équipe qu’il juge aussi accueillante que compétitive. Premier de la conf’ Ouest, Dallas sera un sacré challenger des Los Angeles Galaxy. Le come-back de Pet’ fera en tout incontestablement la différence.

 

Guti muselé par Peter…

Après avoir fait la majorité de ta carrière en France et en Espagne, tu décides d’aller aux Etats-Unis. Avais-tu d’autres offres exotiques et pourquoi avoir choisi la MLS et Dallas ?

Oui j’avais d’autres pistes plus sympas comme des clubs du Qatar avec des offres mirobolantes sur un contrat court. Mais je n’ai pas trop accroché. Ensuite j’avais des pistes en Serie A en Italie avec Parme et la Lazio de Rome qui furent de grosses équipes Européennes par le passé et que j’ai pu rencontrer en finale d’UEFA en 99 et en Ligue des Champions. J’avais aussi des contacts avec le Real Murcia (D2 Espagnole) mais je voulais changer d’air, connaître autre chose, une autre aventure, une autre expérience.

Pourquoi avoir choisi Dallas ? Les dirigeants de Dallas m’ont convaincu de leur projet sportif avec l’objectif de remporter la MLS. J’ai été impressionné. Les terrains et les complexes sportifs sont à la pointe de la technologie. Et en plus étant en fin de carrière je me suis dit que c’était l’opportunité de vivre aux States un moment et voir ce qu’il y a à faire ici de bien. En plus ici les gens aiment vraiment le soccer pas comme le basket ou le football américain mais le soccer commence à les intéresser. De plus, Dallas est une superbe ville. Moi qui ait toujours rêvé de vivre aux USA, je n’ai pas hésité vu l’investissement des dirigeants et leur confiance à mon égard. Puis Titi Henri que j’ai connu en -20 ans et en équipe de France espoirs m’a dit de signer direct ! Donc voilà j’ai tenté l’expérience et on verra en espérant que je revienne vite de blessure car le terrain me manque.

 

Oui parce qu’après deux semaines d’entraînement tu te blesses gravement au genou juste avant le début de saison. Quelle a été la réaction des dirigeants de Dallas ?

La réaction des dirigeants a été plutôt cool. Ils m’ont dit : « bin merde on achète un joueur d’Europe pour qui se blesse » , ils ont été sympas et m’ont dit : « unlucky. »

 

Comment va ton genou ? A ce moment là as-tu pensé à la retraite ?

Mon genou va beaucoup mieux même si il est sérieusement fragilisé par des blessures passées que j’avais contracté en Suisse et en Espagne. Les médecins du club sont très efficaces et je devrais reprendre la compétition d’ici quelques mois. Fin sur le coup au moment de la blessure je me suis dit : « pour moi le foot c’est fini. » Mieux valait arrêter, mais le soutien moral des gens du club, du public, des amis , des gens sur facebook, cela m’a aidé à retrouver immédiatement le moral.

 

 

A Dallas, il y a aussi des Ultras du PSG…

Tu n’as pas encore joué un match en MLS mais peux-tu nous décrire le niveau ambiant ?

Effectivement je n’ai pas encore eu l’occasion de jouer mais durant les entraînements j’ai pu sentir que les joueurs ici sont au top physiquement. Le niveau ambiant je dirais que c’est plutôt engagé, ça cogne. C’est moins technique qu’en Europe mais tactiquement cela n’a rien à envier à une équipe européenne et on y voit également d’excellents joueurs Sud-Américains du Panama, du Costa Rica, du Pérou, du Mexique, ou encore de Colombie, très forts techniquement. A l’image de notre ailier Fabián Castillo, très prometteur. Donc un niveau assez homogène nettement inférieur à l’Europe mais qui progresse énormément et le jeu semble très ouvert. Dans certaines phases de jeu, elle ressemble à la Premier League avec beaucoup d’espaces.

 

As-tu eu l’occasion de parler avec des Français là-bas ? Si oui lesquels et quelles sont leurs impressions ?

Oui j’ai eu l’occasion de parler avec Pascal Bedrossian que j’ai connu à Cannes, il est à Chicago. Avec Titi Henry aussi qui joue à New York et avec Eric Hassli qui joue à Dallas avec moi. Leurs impressions sont similaires à la mienne ; un football et un jeu très ouvert et des défenses très compactes et athlétiques dans l’impact physique, au contact et une touche très technique grâce aux Sud-Américains.

 

D’ailleurs, Dallas c’est cool ? Quand tu as débarqué de Suisse, tu connaissais un peu de monde là-bas, ou pour toi Dallas t’était inconnu ?

Dallas est une ville immense et magnifique. Ça donne envie d’y rester et d’y vivre vraiment. Le cadre de vie est superbe, d’ailleurs on m’a dit que c’est une des villes les plus agréables des Etats-Unis avec Seattle. Non je connaissais personne sur Dallas, j’avais des connaissances et des amis mais ils vivent assez loin de Dallas. Heureusement il y avait Eric Hassli que j’ai pu côtoyer en Ligue 1 lorsqu’il évoluait à Metz.

 

Peux-tu jauger ton club, premier de la franchise Ouest, devant Los Angeles, après 10 journées ?

Mon club je pense qu’il a les moyen de remporter la MLS. Pour le moment en championnat, dans notre conférence, cela se passe bien sur le terrain [premier de la conf ouest avec 7 points d'avance sur les Los Angeles Galaxy mais avec 2 matchs d'avance ndlr] mais aussi en dehors où l’ambiance est excellente. J’ai été superbement bien intégré au groupe. C’est vraiment un club familial. L’équipe dans le jeu peut encore progresser davantage même si l’on reste outsider de la franchise. Le favori est incontestablement les Los Angeles Galaxy [vainqueur des deux conf' sur les deux dernières années ndlr]. Mais Dallas reste un candidat sérieux au titre de champion, j’en suis certain et l’avenir nous le dira.

 

Hassli, un attaquant charismatique et en parallèle un pote de Luccin

Tu joues avec Eric Hassli, un phénomène. Il avait d’ailleurs marqué l’un des plus beaux buts de la saison 2011-2012. Peux-tu nous décrire un peu le personnage, sur comme en dehors du terrain ?

Oui, Eric Hassli a énormément progressé. Dommage qu’en France on ne lui ait pas donné sa chance. Il aurait pu réussir car il est talentueux, il a beaucoup progressé sur ce que j’ai pu voir dans son placement, son jeu. C’est quelqu’un de généreux sur le terrain et quelqu’un de simple dans la vie. Jamais de prise de tête, toujours serviable, en dehors du terrain. Un mec bien.

Pour en revenir à ta carrière, quelle fut ta meilleure saison ? Celle au PSG avec les Anelka, Dalmat et Luis Fernandez ou à Madrid ?

Alors pour être honnête, ma meilleure saison fut sans doute la première à Marseille en 98/99. Même si les deux à Bordeaux furent magiques pour moi et d’une importante constance, j’aurais aimé gagner un titre ou une coupe d’Europe comme la Coupe UEFA avec Bordeaux ou Marseille. D’autant plus qu’à Bordeaux ou à Marseille, à l’époque, c’était largement faisable vu le niveau des deux équipes. A Paris, en 2001, on avait sans aucun doute l’une des meilleures équipes offensives en Europe avec Anelka, Okocha, Laurent Robert, Dalmat, Vampeta, Christian, Benarbia, Arteta ou Leroy. La saison avait commencé en boulet de canon, on aurait pu tout casser. On avait quand même battu sur un gros score Rosenborg, le Bayern Munich futur vainqueur qui fit 1-1 à Milan et 1-1 à Paris. Mais on cède dans les arrêts de jeu à la Corogne. Avec plus d’expérience on perd pas 4-3 et on se qualifie en 1/4 de la LDC. Je suis sûr que si les gens et les dirigeants nous avaient laissé plus de temps, Paris aurait fait très mal

 

« Cette équipe était vraiment très forte, peut être même plus forte en terme de potentiel que le PSG de maintenant. »

 

Luis Fernandez et moi avons eu des divergences et un accrochage bête de ma part mais je le respecte et c’est un super entraîneur, c’est juste un homme entier, impulsif mais vrai avec une passion pour Paris et le foot.

 

Contre un Manchester City tout neuf

Cannes, Bordeaux, Marseille, Paris, Vigo, Madrid, Saragosse, Santander ou Lausanne, Dallas ; quelle est la ville la plus agréable ?

C’est difficile à dire, elles sont toutes belles et sympas. Marseille et Madrid, Cannes ont le soleil, Paris reste Paris, mais je dirais que Saragosse est vraiment une ville agréable à vivre. Vigo en Galice aussi, ce sont des villes moins grandes que Paris, Madrid ou Marseille mais toutes aussi belles. Bordeaux j’ai adoré en France aussi. Bon faut trancher donc je vais dire Bordeaux pour la France et Saragosse comme un vrai coup de coeur.

 

T’intéresses-tu toujours au foot en France ?

Oui je m’intéresse toujours au foot en France même si je trouve que le niveau a du mal à se niveler et se bonifier. Paris a enfin l’occasion grâce aux Qataris de devenir à nouveau un grand club européen comme il l’a été par le passé un grand d’Europe dans les années 90 avec à nouveau des ambitions pour gagner une coupe d’Europe. Il leur faudra juste laisser le temps car un grand club, une grande équipe, cela ne se construit pas en une saison. Il faut du temps, j’espère vite les revoir sur le devant de la scène car Paris reste spécial pour moi malgré mes racines Marseillaises, de cœur et de naissance.

 

Il nous reste une image de toi. A l’époque tu avais quitté Marseille pour le PSG. Le PSG caracole en tête du championnat. Tu affrontes Marseille, et là sur un but du PSG, tu provoques un joueur de l’OM. Genre tu lui dis un truc du genre : « maintenant c’est toi qui est dans la panade ». Parce que l’OM était au plus mal en championnat.

(Grand rire) Tu te souviens de ça ! C’est vieux ouais, je crois me souvenir lui avoir dit : « tu vas bien galérer » ou une connerie comme ça. C’était au Parc et on avait gagné 2-0 il me semble.

 

Une dernière question, pourquoi avoir rasé tes tresses ?

Oui (il rit), j’ai rasé car les tresses demandent beaucoup d’entretien et je suis un peu feignant donc j’ai rasé. C’est plus tranquille et mieux. Puis ma femme en avait marre de me voir toujours avec les tresses. Comme ça je suis moins beau, mais peut être pour le fun je les referai un jour.

 

 

Propos recueillis par Quentin Müller.

Tags: , , , , , , ,


A propos de l'auteur


Rédacteur en chef d'Onlyfootball.fr. Numéro 8 bourrin, amateur de belles sacoches et accessoirement de petites brunettes bretonnes aux yeux marrons.



Back to Top ↑
  • WHISKY PARTY


  • TORTILLA : ICI, C’EST LA LIGA

  • ONLYFOOTBALL SUR FACEBOOK !

  • Résultats match en direct Ligue 1 fournis par footendirect.com

  • ONLYFOOTBALL SUR TWITTER !


  • BIER BUT AND ROCK N ROLL

  • LA VIDEO DU MOMENT

  • ONLY PUB

  • ONLY CLASSEMENT

    Calendrier foot offert par footendirect.com