INTERVIEW Achères Centre de formation Chernomorets Bourgas Lechia Gdańsk Levante Monza Oualembo psg RD Congo Yvelines

Publié le 30 06 2013 | par Arthur Champolion

Oualembo, globe-trotter européen.

Échoué au nord de la Pologne, squatteur du ventre mou du championnat national, le club de Gdańsk compte parmi son effectif Christopher Oualembo. Formé au PSG et véritable globetrotter européen, le natif de Saint-Germain-en-Laye se livre sur son parcours, entre l’ambiance Congolaise et l’expérience du haut niveau.

 

+ La fiche de Christopher Oualembo
Christopher Oualembo

Né le 31 janvier 1987 à Saint-Germain-En-Laye (78)

Latéral droit – International Congolais (4 cap)

Clubs

2004-2006 : Drapeau : France Paris Saint-Germain (réserve)
2006-2007 : Drapeau : France US Quevilly
2007-2008 : Drapeau : Espagne Levante UD
2009-2011 : Drapeau : Italie AC Monza
2011-2012 : Drapeau : Bulgarie Chernomorets Bourgas
2012-20.. : Drapeau : Pologne Lechia Gdańsk

Palmarès

Néant

Pour te situer un peu, tu peux donner quelques noms de joueurs que tu as côtoyé ?

À Levante, j’étais avec Laurent Robert, mais j’ai aussi joué avec Mamadou Sakho, Clément Chantôme, Yannick Boli et bien d’autres… Mais je n’ai pas forcément garder contact avec tous, on ne peut pas avoir des affinités avec tout le monde.

 

Si tu n’avais pas eu le foot, tu aurais fait quoi ?

Jusqu’à tard, le foot n’était pas ma priorité. J’étais plutôt dans les études, la musique.. J’ai eu un bac S ! Le foot, c’était un rêve et si ça ne s’était pas fait, c’était pas la fin du monde. J’ai eu la possibilité d’intégrer le centre de formation du PSG et ça m’a motivé. Comme je suis un homme de défis, je me suis accroché. Quand tu joues en club et que tu as la possibilité de rentrer en centre de formation, tu donnes tout. Une fois dedans, tu es remplaçant, tu vois que tu as la possibilité de jouer titulaire alors tu donnes tout à nouveau, et ainsi de suite.

 

 

Achères Centre de formation Chernomorets Bourgas Lechia Gdańsk Levante Monza Oualembo psg RD Congo Yvelines

L’équipe U15 du PSG en 2002 à la « Nike Premier Cup » à Lisbonne

 

 

Le centre de formation, l’anti-chambre du monde pro..

On pense que les footballeurs ont la belle vie mais il faut le faire le centre de formation, voir ses potes sortir en boîte ou finir plus tôt le mercredi. Au centre, un jeune partage sa chambre avec des gars qui sont ses potes mais en même temps des concurrents. Et tout le monde sait que certains n’arriveront pas au bout.

 

Aujourd’hui tu es au Lechia Gdańsk en Pologne après être passé par l’Espagne, l’Italie et la Bulgarie.. Comment on s’adapte quand on signe dans 4 clubs de 4 pays différents en 5 ans ?

4 clubs en 5 ans tout ça dans des pays plutôt conservateurs.. Je n’avais pas beaucoup de choix en France alors j’ai été là où on me proposait. C’est difficile d’être un joueur de couleur là bas, ils sont formatés dés la naissance. C’est un choix de vie. Je m’en doutais avant de partir, on m’avait prévenu, mais c’est pour tout le monde pareil : tant qu’on ne s’est pas brûlé on ne sait pas que ça brûle.

 

Au delà de ça, les supporters sont vraiment derrière nous, j’ai eu la meilleure moyenne du club la saison dernière d’après leurs votes. C’est une grosse ambiance, même si j’ai entendu dire qu’il pouvait y avoir des machettes en tribune…

Côté sélection, tu as choisi le Congo et pas la France, alors que tu es né et as grandi dans les Yvelines jusque tes 17 ans..

Je voulais rendre hommage au pays de mes parents, qu’ils soient fiers de me voir dans le onze de cette sélection. Et quand j’ai eu ma première sélection en 2008, c’était une des meilleures équipes avec Shabani Nonda, Mbokani, Mulumbu, Larrys Mabiala etc !

 

Et aujourd’hui, tu rentres en France ou tu continues ton trip ? Angleterre, Allemagne etc ?

Je suis bien ici… Sinon j’ai des touches en France, chez un club qui vient de descendre en Ligue 2.
L’Angleterre, j’aimerais beaucoup. C’est le football que je préfère. J’ai fait un essai à Birmingham à 17 ans, à l’époque de Emile Heskey et Jermaine Pennant. Mais je n’étais pas prêt. Même si j’avais fait bonne impression pendant le match en touchant la barre.. L’Angleterre correspond bien à mon style, je suis du genre box-to-box, à jouer la contre-attaque, il faut être intelligent pour arriver au bout.. À contrario le football italien est trop tactique, le coach te dicte ce que tu dois faire, il formate ton style de jeu et laisse peu de place à la créativité.

Là-bas, un joueur moyen peut arriver au haut niveau parce qu’il joue comme le veut l’entraîneur. Il y a moins de joueurs atypiques qu’avant, ils ont tous le même profil, ils sont calqués sur le même modèle. Aujourd’hui, si tu prends un joueur lambda et formaté pour jouer dans un championnat, tu le mets dans un autre championnat, tu ne le vois plus.

 

 

 

 

 

 


Tags: , , , , , , , , , , , ,


A propos de l'auteur


Rédacteur pour Onlyfootball.fr, milieu relayeur de bonnes infos.



Back to Top ↑
  • FILE L'INFO

  • WHISKY PARTY


  • TORTILLA : ICI, C’EST LA LIGA

  • ONLYFOOTBALL SUR FACEBOOK !

  • Résultats match en direct Ligue 1 fournis par footendirect.com

  • ONLYFOOTBALL SUR TWITTER !


  • BIER BUT AND ROCK N ROLL

  • LA VIDEO DU MOMENT

  • ONLY PUB

  • ONLY CLASSEMENT

    Calendrier foot offert par footendirect.com