EVENT Bresil-manifestation-Rio

Publié le 06 12 2013 | par Quentin Müller

Brésil : La Coupe du Monde passe après

L’été dernier, en match d’inauguration de la Coupe des Confédérations et près du mythique stade Maracana de Rio de Janeiro, plus de 3000 manifestants ont troublé l’entrée en lice du Brésil dans la compétition. Ils étaient ensuite 50 000 à manifester à Sao Paulo. Pas des fans du PSG, pas d’ultras Parisiens mais une grande majorité de jeunes locaux, fatigués de la corruption, des immenses dépenses publiques et de la forte augmentation du cout de la vie. Dissoute à coups de matraques, de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogène, la manifestation s’est rapidement dispersée dans la panique. Mais leurs collègues, les chanceux présents au stade, se sont payés le kif de siffler copieusement « Sepp » Blatter-jusque là rien de plus normal-mais aussi et surtout la présidente Dilma Rousseff, bien grasse, bien brushinguée. Quel étrange feeling. Le Brésil serait-il capable de se foutre du football ? Presque.

 

Le Brésil est (était) considéré comme un miracle économique et de développement. Grace à la formidable dynamique insufflée par l’ancien président Lula, le grand pays d’Amérique du Sud avait réalisé de gargantuesques progrès sociaux et économiques. Considéré comme un puissant membre du BRICS (Brésil-Russie-Inde-Chine-Afrique du Sud), le Brésil semble aujourd’hui stagner dans ses avancées sociales. En dépit des gros efforts consentis à la réduction des inégalités par Lula, le Brésil reste l’un des pays du monde où les écarts de richesses sont les plus forts. Malgré un taux de chômage faible de 5 %, le cout de la vie n’a cessé d’augmenter au gré de l’inflation qui culmine aujourd’hui à 16 % sur les denrées alimentaires. Alors que le Brésil caviar profite du Mondial 2014 pour magouiller des travaux sans appel d’offres ou quelques investissements véreux et détournés, la population locale, le Brésil d’en bas, ne cesse de ramer. Le salaire moyen d’un individu est inférieur à 250 euros quand le premier prix d’un billet pour un match de Coupe des Conf’ est à 70 euros… Mais ce qui foutu le feu au poudre n’a rien à voir avec le prix élevé d’accès au stade. Vraisemblablement, ce serait l’augmentation de 7% des prix des billets de… bus qui fit descendre dans la rue tout le Brésil. « On touche au porte feuille des gens, raconte Jean Jacques Kourliandsky, spécialiste en Amérique du Sud. Le prix des tickets de bus a augmenté de 10 centimes, ça peut paraitre anecdotique, mais par rapport au niveau de vie au Brésil, où le salaire minimum est de 244 euros, ce n’est pas rien. » La goutte d’eau qui fit déborder le vase, assurément. Tandis que l’Etat finance à 99 % pas moins de 430 M d’euros pour la rénovation du seul stade de Maracana (80 000 places), et en tout et pour tout 10,8 milliards d’euros [un record pour une compétition sportive mondiale ndlr], la populace survit avant de vivre décemment. « Je me fiche de la Coupe du Monde, je veux de la santé et de l’éducation » ou « Je suis venue d’abord parce que mon budget est très juste maintenant avec la hausse des transports », confiait Isabela Neves, une étudiante de 21 piges au visage maquillé de vert et jaune, les couleurs du Brésil. Mais surtout parce que je me rends compte qu’on en a ras-le-bol, que c’est le moment de dire basta ! ». Au final toujours le même refrain ; santé et éducation limitées et un service public toujours plus restreint. Une donne contre laquelle protestaient les quelques millier de manifestants présents dans les rues. A rappeler aussi qu’il n’y a pas que l’argent public gaspillé qui ferait gronder la population. En effet, plus de 150 000 personnes ont été lâchement expulsées de leurs logements précaires, dont 40 000 à Rio, afin de mener à bien les travaux pour le Mondial. Quand on sait que dans les plus grandes mégapoles Brésiliennes, plus de 30 % de la population vit dans des favelas ou des taudis, on se dit que pour le Mondial 2014 et les JO 2016, le nombre d’expulsions va encore croitre.

 

Romario_Tackles_Brazil

Avec son petit air de ressemblance de Clooney, Romario est définitivement armé pour combattre la corruption, un fléau au Brésil

 

La corruption vue par Romario

Après avoir passé ses derniers moments de foot à l’America de Rio, Romario a enfin pris sa retraite. Du coup, l’ancien buteur Barcelonais a troqué sa paire de crampon contre une paire de lunette-#maisçac’étaitavant-histoire de se consacrer à la politique de son pays un peu comme le fait aujourd’hui George Weah pour le Libéria. Dans le game depuis 2009, l’ancien attaquant Brésilien issu des favelas a rejoint le parti socialiste Brésilien. La base. Plus que dans le foot, Romario raconte avoir rencontré un tas de requins et surtout avoir chopé la gravité de la corruption Brésilienne : « J’ai toujours su que le Brésil était au pays corrompu. Mais maintenant, je vois qu’il l’est beaucoup plus que je ne l’imaginais ! », avait révélé l’ancien champion du monde 1994 à l’Equipe il y a peu. Mais en plus des corruptions répétées, Romario constate un retard plus qu’inquiétant concernant les avancées des travaux. Ce serait, selon lui, ces retards qui engendraient encore plus de dépenses publiques et de corruptions. Pas étonnant donc qu’en haut de la pyramide Brésilienne on distribue des enveloppes à quelques puissants véreux capables d’accélérer les choses ou de débloquer des situations. Selon une étude, sur les 13 aéroports, les portes qui accueilleront les quelques milliers de touristes pour le Mondial 2014 et les JO 2016, seules 10 ne seront prêtes qu’en… 2017. La catastrophe est d’ores et déjà annoncée !

 

lula-2_450

Apprécié du peuple, MTP Bop A Lula pourrait revêtir le masque de Zoro

 

Lula le sauveur annoncé ?

Le Brésil devra donc composer avec cette pression, plus celle exercée par une population toujours plus proche de l’explosion. Car même si les manifestants sont à 90 % des individus issus de la nouvelle classe moyenne brésilienne, il y aura un moment où les plus pauvres des favelas descendront de leurs habitations de taules pour eux aussi revendiquer. En effet, la paupérisation touche davantage les plus démunis que les étudiants qui sont aujourd’hui la majorité à protester contre la corruption et les pantagruéliques dépenses de leur Etat. Dépassée par les évènements, la présidente, Dilma Rousseff, qui suinte en répétant que cette dernière « comprend » la colère du peuple et reste à son écoute, aurait d’ores et déjà pris contact avec Lula, l’ancien président adulé qui a créé un Brésil social tout en propulsant son pays à la 7e marche des puissances mondiales. L’appel au sauveur Lula est hautement symbolique. Cet ancien ouvrier savait en effet se montrer à l’écoute des protestations tout en bénéficiant une énorme cote de popularité. En attendant une apparition publique de l’une des plus grands figures contemporaines du Brésil, on déplore une mise à feu d’un camion de transmission de la chaîne de TV Record, d’une cabine de police, d’une agence bancaire située près de la mairie. Certains manifestants auraient même tenté de forcer l’entrée de la mairie mais la police les aurait repoussés à coups de tirs de gaz lacrymogènes. Des boutiques ont été détruites et pillées et la façade récemment restaurée de l’Opéra a été souillée. Le printemps tropical est en marche.

 

Q.Müller.

 

Tags:


A propos de l'auteur


Rédacteur en chef d'Onlyfootball.fr. Numéro 8 bourrin, amateur de belles sacoches et accessoirement de petites brunettes bretonnes aux yeux marrons.



Back to Top ↑
  • WHISKY PARTY


  • TORTILLA : ICI, C’EST LA LIGA

  • ONLYFOOTBALL SUR FACEBOOK !

  • Résultats match en direct Ligue 1 fournis par footendirect.com

  • ONLYFOOTBALL SUR TWITTER !


  • BIER BUT AND ROCK N ROLL

  • LA VIDEO DU MOMENT

  • ONLY PUB

  • ONLY CLASSEMENT

    Calendrier foot offert par footendirect.com