INTERVIEW mehdi-swindon1

Publié le 22 05 2013 | par François Mercier

Mehdi Kerrouche, interview d’un prodigieux bourlingueur

Il a 26 ans et a déjà pas mal bourlingué. Lui? C’est Mehdi Kerrouche, serial buteur. S’il a perdu quelques opportunités de s’illustrer au plus haut niveau, il n’a pas perdu sa spontanéité ni sa franchise. Portrait d’un footballeur qui ne connait pas la langue de bois. Un vrai Bol d’Air pour la profession.

 

“Ronaldo mon modèle”

 

A quand remontent tes premiers pas de footballeur?

Tout petit au quartier des Epis à Sin-le-Noble dans le Nord de la France, à l’âge de cinq ans.

 

Qui était ton idole étant gamin? Qui t’a donné l’envie  d’exercer ce métier?

Mon idole?? C’est Allah… Mais le joueur qui m’a donné envie de  devenir pro, c’est Ronaldo. Il restera à jamais le joueur que j’ai le plus admiré.

 

Quel type de joueur es-tu?

Je suis un buteur. J’aime marquer… C’est ce qui me donne le plus de plaisir sur le terrain.

 

En 2007 tu disputes avec Cambrai, ton club de l’époque alors en CFA2, un 32e de finale de Coupe de France contre l’OM, quel souvenir en gardes-tu?

La présence de ma mère dans les tribunes, une des premières fois où elle est venue me voir jouer. Cela reste un très bon souvenir, à l’époque c’était une équipe qui jouait les premiers rôles en championnat. L’équipe type (Ribéry, Djibril Cissé, Samir Nasri, Mamadou Niang etc…) parlait d’elle-même.

mehdi-cambrai

Mehdi, pendant sa période Cambrésienne, au duel face à Francky

 

“J’ai pu réaliser mon rêve, devenir pro”

 

Au cours de ce match tu es plutôt a ton aise à l’image de ta saison cambrésienne, tu décides ensuite de partir vers la Belgique. Qu’est-ce qui t’a amené là-bas?
En partant en Belgique, j’ai pu réaliser mon rêve, devenir professionnel. Alors quand le club de Renaix (D2 Belge) m’a contacté, je n’ai pas hésité.

 

Dans ce club tu fais tes preuves tu plantes une dizaine de buts et puis tu quittes le club, pourquoi ?
Renaix reste un mauvais souvenir pour moi car même si j’ai réalisé de bonnes choses, nous sommes descendus en 3ème division donc j’ai décidé de quitter la Belgique et de partir en D1 en Algérie à L’USM Alger…

 

Tu découvres donc l’USMA, raconte nous comment se passe ta saison?
Une saison difficile… Quand je suis arrivé, l’équipe venait de tout gagner. Il y avait des internationaux à chaque poste et la concurrence n’était pas saine. On ne m’a pas donné entièrement ma chance comme je le méritais… En plus de cela, à l’époque le club n’était pas structuré comme il peut l’être maintenant. Il y avait une accumulation de petits problèmes, même  au niveau du paiement des salaires. Quelques soucis personnels sont venus s’ajouter à cela.  J’ai quitté le pays pour me rapprocher de ma famille.

 

En 2008 tu te relances en Corse a Ajaccio ou tu retrouves le plaisir de jouer…
Pendant six mois je suis resté au chômage, je me suis entraîné avec mon ami Abdelnour tous les jours (y compris pendant le Ramadan ou l’hiver par moins dix degrés). Par la suite, le Gazélec Ajaccio, alors en CFA me contacte. J’y suis resté six mois, le temps d’inscrire huit buts en treize matchs et de relancer ma carrière.

 

“J’allais signer à Guingamp, mais le président Le Graët a mis son veto…”

 

Pendant cette période difficile, as-tu pensé arrêter le foot?
Oui chaque jour…  Mais grâce à Dieu je ne l’ai pas fait. J’ai eu la chance de pouvoir compter sur ma femme qui m’a aidé à ne pas lâcher. Elle était enceinte de notre fille à l’époque et tout cela m’a motivé à m’entraîner quotidiennement et me surpasser.

 

La suite de ta carrière t’amène au Portugal, à Naval.
En fait cela a été plus compliqué que cela. J’ai effectué un essai à Guingamp en Ligue 2 à l’époque. Tout s’est très bien passé. Au cours d’un match amical contre Brest, je rentre à la mi-temps, je marque et on gagne 3-1….Suite à cela, le coach de l’EAG, Victor Zvunka veut me faire signer. Mais il y a eu un souci, le président Le Graët, absent lors de mon essai a mis son veto car il ne me connaissait pas. Le coach Zvunka a alors cité mon nom au directeur sportif de Naval à la recherche d’un attaquant. Ils m’ont contacté et hop, direction le Portugal !

A Naval, Medhi se balade, mais très mal conseillé, il plonge

 

A Naval, tu arrives dans une autre dimension, tu rencontres de grosses cylindrées Benfica, le FC Porto Etc… Tes débuts sont tonitruants, tu plantes buts sur buts. Comment vis-tu cela ?
Je signe le 25 août, j’intègre un groupe de qualité mais en manque de confiance…. L’équipe est dernière du classement après 4 journées. Dès mon arrivée, je marque et on gagne. S’ensuit une série de victoires à titre collectif, de buts et passes décisives à titre personnel… Dans le foot tout va très vite, les journaux ne parlent que de moi, l’ambiance au sein de l’équipe devient excellente. Avant mon arrivée, il y avait des clans entre les Portugais et les Français, mais la confiance au sein de l’équipe revenant, le groupe se soude … et là je commets une grosse erreur qui aurait pu changer ma carrière… Je signe avec un agent qui m’a très mal conseillé.

 

“Mon agent m’a très mal conseillé… Je prie chaque jour pour ne plus le croiser”

 

C’est-à-dire? Il te conseille de partir?
Ayant signé un contrat avec Naval d’un an + deux, le club m’invite à valider mes deux ans en options. Mon agent me dit de ne pas valider le contrat car il a des offres concrètes de clubs plus huppés que Naval.

 

Lesquels ?
Il y avait pas mal de clubs qui venaient me superviser…De France, d’Angleterre et Espagne…Le Celta Vigo est venu aux renseignements, Naval leur a signifié que je n’étais pas à vendre. J’étais comme un fou. J’ai refusé de prolonger à Naval afin d’être libre à la fin de la saison sur conseil de mon agent qui avait soi disant plein d’offres sur son bureau. Naval a alors décidé de me laisser sur le banc jusque la fin de saison pour ne pas me mettre en vitrine gratuitement. Sauf qu’à l’issue de la saison, mon agent m’a déclaré qu’il n’avait aucune offre entre les mains. Enorme coup dur…

 

Tu t’es séparé de ton agent ?
Oui et je prie chaque jour pour ne pas le croiser !

 

Libre, tu rejoins les Emirats. Al-Orooba, alors en D2 te donne l’opportunité de revenir sur le devant de la scène, comment as-tu vécu cette période ?
J’en garde un très bon souvenir. Sur le terrain, je suis titulaire, je prends du plaisir. Je dispute 18matchs, marque 13 buts et donne 8 passes décisives. En dehors du terrain, la qualité de vie était magnifique. Ma femme et ma fille ont pu profité de tout le confort et des plaisirs que cette ville de Dubaï peut offrir.

 

Pourquoi n’y être resté qu’une saison?
Je suis un mec ambitieux. Rester là-bas aurait été un suicide professionnel… J’ai signé à Al-Orooba pour ne pas être au chômage sinon je n’y serai jamais allé. Après avoir connu la ligue 1 portugaise, c’était un peu comme un pas en arrière.

 

Tu signes à Swindon dans la foulée. Là-bas, tu rejoins un monstre du football en la personne de Paolo Di Canio. Comment fait-on pour passer des Emirats à la « League Two » anglaise ?
Le coach cherchait un attaquant, il voit ma vidéo et me contacte. Mon profil lui plait, je n’hésite pas longtemps et signe à Swindon.

 

 » Di Canio connait le foot mais niveau management, il est plus que médiocre. « 

On connaissait Di Canio joueur, comment est le Di Canio entraîneur?
Il connaît parfaitement le football, on ne peut pas lui enlever cela. En terme de management par contre… il est plus que médiocre. C’est une personne impulsive qui ne supporte pas de ne pas être au centre de toutes les attentions. Quand l’équipe gagne, c’est grâce à son coaching, quand elle perd ce sont les joueurs qui ont mal joué… Il est comme ça Di Canio. Il a essayé d’installer un climat de peur dans l’équipe, il a même dit que j’avais simulé une blessure. Quand un mec ratait une occaz’ il s’en prenait plein la gueule. Bref, ce n’était pas sain. Je ne lui ai jamais manqué de respect mais je n’approuvais pas ces méthodes et lui disais ouvertement… Ca n’a certainement pas plu. Au final, je n’avais plus sa confiance, il n’avait plus la mienne.

 

Pourtant, tes stats ne sont pas mal du tout, après dix matchs de championnat tu es meilleur buteur de la ligue (6 buts)… Ton ratio temps de jeu / buts marqués est même excellent (8 buts en  18 matchs toute compétition confondue)

C’est vrai, j’étais titulaire indiscutable jusqu’à ma blessure en décembre, et je peux même dire que si j’avais continué ainsi, j’aurais pu inscrire une vingtaine de buts car l’équipe que nous avions était très forte… Nous étions tellement au-dessus des autres équipes de la division. Même si ma grand-mère avait été coach, nous aurions été champions…  Ma blessure en Décembre était l’excuse parfaite pour me sortir de l’équipe. Je ne l’ai plus réintégré. C’est comme cela que j’ai été mis de côté. J’ai ensuite été prêté à Oxford pour retrouver du temps de jeu en fin de saison avant de revenir à Swindon où j’étais clairement devenu indésirable.

 

“Intégrer la sélection Algérienne est mon but ultime, ce serait un honneur”

 

La solution est venue de Constantine…
Constantine me suivait depuis le mercato d’hiver. En janvier, ils ont essayé de me faire signer mais j’étais sous contrat donc cela n’a pas pu se faire. Cet été, j’ai résilié mon contrat à l’amiable avec Swindon pour rejoindre la première division Algérienne. Je me suis engagé au CS Constantine pour 2 ans.

 

Quelles sont tes ambitions?
L’ambition du club et de finir à une place qualificative pour une coupe internationale (Coupe Africaine ou Champion’s League Arabe). Si il y a possibilité de monter sur le podium, on ne s’en privera pas. D’un point de vue personnel, je veux marquer un maximum de buts afin de réaliser mon plus grand rêve : intégrer l’équipe nationale de mon pays, l’Algérie. Après avoir goûté aux Espoirs, rejoindre la sélection A du coach Vahid serait un immense honneur.

 

Cette saison n’a pas été de tout repos pour le numéro 39 du CSC puisqu’il a manqué quasiment toute la saison sur blessure. Souhaitons lui de revenir encore plus fort. Pour sa part, Constantine emmené par Roger Lemerre a terminé à une très belle troisième place.

 

François Mercier.
Crédit Photo : skysports.com, swindontownfc.co.uk, lebuteur.com ; Mehdi Kerrouche


Tags: , , , , ,


A propos de l'auteur


Rédacteur pour Onlyfootball.fr, meneur de jeu & distilleur de caviars.



Back to Top ↑
  • FILE L'INFO

  • WHISKY PARTY


  • TORTILLA : ICI, C’EST LA LIGA

  • ONLYFOOTBALL SUR FACEBOOK !

  • Résultats match en direct Ligue 1 fournis par footendirect.com

  • ONLYFOOTBALL SUR TWITTER !


  • BIER BUT AND ROCK N ROLL

  • LA VIDEO DU MOMENT

  • ONLY PUB

  • ONLY CLASSEMENT

    Calendrier foot offert par footendirect.com